catalogne1http://www.lepetitjournal.com édition du 19 juin 2006

Article de Sarah Parot

Hier, les Catalans ont largement approuvé le nouveau statut d’autonomie élargi de la Catalogne, avec environ 73,9% des votes en sa faveur selon les dernières estimations. Après trois ans de négociations féroces pour la mise à jour du statut d’autonomie de 1979, les Catalans ont ainsi choisi de suivre l’appel du PSC et du CIU en faveur du Oui, même si la majorité des électeurs aurait préféré le statut élaboré le 30 septembre 2005.

Au-delà de l’approbation du texte, le vote d’hier représentait un pari politique décisif pour le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero, largement impliqué dans les négociations sur le texte puis dans la campagne en faveur du Oui. C’est donc avec satisfaction que Zapatero déclarait hier aux télévisions espagnoles que "la España autonómica avanza" (l’Espagne des autonomies avance).

L’écrasante victoire du oui ne doit cependant pas éluder un taux de participation très décevant : à peine plus de la moitié des catalans (51,3%) sont allés voter hier.

Une "nouvelle étape"

Le statut a suscité ces derniers mois de vifs débats entre le PSOE et le PP, ce dernier estimant que le texte accorde trop d’autogestion à la Région, en particulier sur le plan fiscal. C’est pourtant l’un des principaux motifs avancés par les Catalans pour demander la révision du statut de 1979, qui considèrent injuste le système de redistribution fiscal.

Il y a quelques semaines, le débat s’est fait de plus en plus vif, avec la prise de position des independandistes d'ERC (Esquerra Republicana de Catalunya) qui invitait leurs partisans à voter en faveur du non -le statut étant trop léger à leur goût- et mettait en péril le bon fonctionnement du triparti catalan.

C’est dans ce climat de tensions politiques, particulièrement visible dans le vote en faveur du non (soutenu par le PP et ERC, créant un climat de confusion notable mais aussi par Ciutadans de Catalunya), que les Catalans se sont prononcés hier.

Suite à la proclamation des résultats, Pasqual Maragall a proclamé la fin de la "victimisation" en Catalogne, et ajouté que "ce qui se fait et ce que nous faisons dépendra de nous plus que jamais"».

Il a terminé son discours par un message en castillan, adressé "au reste de l’Espagne", expliquant que la Catalogne "commence une nouvelle étape dans son autogouvernement, qui sera longue et positive. La Catalogne sera davantage à l’aise et mieux comprise par l’Espagne plurielle".