Gendarme_cyberhttp://www.lefigaro.fr édition du 12 octobre 2007

Large succès pour l’opération «Arc-en-ciel». Depuis lundi, pas moins de cent trente-deux personnes, qui possédaient des photos ou des vidéos pédophiles diffusées sur Internet, ont été interpellées dans 78 départements de métropole et d’outre-mer. Quelque 1.400.000 photos et 27.000 vidéos pédophiles ont d'ores et déjà été saisies.

Cette vaste opération de gendarmerie, qui a mobilisé 330 gendarmes et policiers, a permis d'identifier 310 personnes concernées par ces échanges de photos et de vidéos, «d'enfants pré-pubères». 132 ont déjà reconnu les faits ou possédaient des images ou des films vidéo pédopornographiques, le plus souvent pour «des volumes accablants», tandis que 24 ont été mises hors de cause. Les 154 autres personnes étaient toujours en cours d'interrogatoire jeudi. Plus de dix informations judiciaires ont été ouvertes ou sont sur le point de l'être.

Un «personnage-clé du dossier» arrêté près de Lisieux. Un récidiviste, traduit mercredi devant le TGI de Valenciennes en comparution immédiate, a été condamné à 12 mois ferme. Deux autres personnes ont également été mises en cause pour des atteintes sexuelles sur des mineures de leur entourage.

L'une d'elle, un homme de 51 ans, a été écrouée à Caen après avoir été mise en examen pour «détention, diffusion d'images pédophiles et corruption de mineur». Selon une source judiciaire, l'homme, arrêté lundi à Mézidon, près de Lisieux, serait le «personnage-clé du dossier». Des «milliers d'images de jeunes filles principalement» téléchargées sur un site Internet pédopornographique ont été découvertes chez lui. Il aurait également avoué avoir eu des relations sexuelles avec des mineures dont l'une âgée de 16 ans qu'il aurait photographiée pendant leurs rapports avant de les diffuser sur Internet.

L'opération a été initiée par le service technique de recherches judiciaires et de documentation (STRJD) de la gendarmerie au fort de Rosny-sous-Bois, après qu'une association de protection de l'enfance italienne Telefono Arcobaleno (arc-en-ciel) a dénoncé, en janvier, l'existence d'un site web proposant le téléchargement de ces photos. Les cyber-patrouilleurs de la gendarmerie ont alors découvert, sur un serveur français, que ces images avaient été téléchargées plus de 21.000 fois par près de 10.000 utilisateurs, dont les 310 internautes français qui ont été formellement identifiés.