Blocherhttp://fr.news.yahoo.com édition du 21 octobre 2007

Zurich (Reuters) - L'Union démocratique du centre (UDC, populiste) s'est affirmée en tant que premier groupe du Conseil national (chambre basse du parlement), remportant près de 29% des voix selon les premiers résultats des élections générales en Suisse.

Portés par les craintes liées à l'immigration et au maintien du niveau de vie, les populistes suisses de l'UDC de Christoph Blocher ont poursuivi leur ascension entamée il y a dix ans après avoir fait campagne sur des thèmes comme le rejet des "moutons noirs" étrangers. ( photo de Ueli Maurer, président de l'UDC )

Les premières estimations nationales diffusées à 17h00 GMT montrent que l'UDC a renforcé son assise de six sièges (28,8% des voix) et les Verts de quatre (9,5%), tandis que le Parti démocrate chrétien (PDC) gagne trois sièges (14,6%).

Le Parti socialiste recule de neuf sièges (19,1%) et le Parti radical-démocratique (PRD) de six (15,9%).

Le second tour, qui donnera son visage définitif aux deux chambres, est prévu le 11 novembre.

Source d'une effervescence inhabituelle sur la scène confédérale, les propositions du parti de Christoph Blocher en faveur de l'expulsion des criminels étrangers, jugées xénophobes par beaucoup, ont donné lieu à des affrontements, il y a deux semaines, à Berne, entre forces de l'ordre et militants d'extrême gauche.

A Genève, l'UDC a réussi dimanche une percée dans un canton longtemps considéré comme un fief de gauche en devenant le premier parti cantonal avec près de 20% des suffrages pour le Conseil national.

Dans le canton de Vaud, l'UDC devient également la première force politique avec, en prime, son candidat qui bataille pour la première place à la chambre haute.

"Les résultats obtenus dépassent nos espérances", a déclaré à la Télévision Suisse Romande Yvan Perrin, candidat UDC aux Etats dans le canton de Neuchâtel.

Alors que la "vague bourgeoise" regroupant les formations de droite se confirme dans les cantons alémaniques, le Parti socialiste a résisté, à l'image du canton de Bâle-Campagne où la gauche a remporté un second siège aux Etats.

En 2003, l'UDC avait remporté 26,7% des sièges au Conseil national, devant les socialistes (23,3%). A la chambre haute, le Parti démocrate chrétien (PDC, centre conservateur) représentait la première force politique avec 15 membres, devant le Parti radical démocrate (PRD, droite).

"La campagne a été dominée par l'UDC. Leur style est celui de la provocation et ça marche lorsqu'il y a des réactions", observe Georg Lutz, professeur de sciences politiques à l'université de Berne.

"Ils font campagne de cette façon depuis dix ans, ils doivent donc flirter de plus en plus avec les positions racistes pour continuer à susciter des réactions. Ils ont atteint la limite au-delà de laquelle il commenceront à perdre des électeurs", ajoute-t-il.

Les affiches de l'UDC, qui montrent trois moutons blancs poussant un congénère noir hors du drapeau fédéral, n'ont pas manqué de faire réagir et les déclarations de ses représentants, qui refusent de voir des minarets se dresser dans les cités suisses, lui ont valu les foudres des instances onusiennes chargées de veiller au respect des droits de l'homme.

Le nouveau parlement doit désigner en décembre les sept membres d'un nouvel exécutif (Conseil fédéral), dont la composition pourrait donner lieu à une réforme selon certains observateurs.