Sarko_CorseUn " moment historique " a indiqué Nicolas Sarkozy. Comme cela avait eu lieu à Strasbourg, les membres du gouvernement ont, ce matin, rejoints Nicolas Sarkozy en Corse à la préfecture d'Ajaccio où s'est tenu le Conseil des ministre " décentralisé ".

Coût de cette mascarade de décentralisation : inconnu, mais sûrement très élevé... mais, à cela, Laurent Wauquiez le fringant porte-parole du gouvernement à une réponse qui, c'est le but, devrait satisfaire l'ensemble des mécontents : le coût " écologique " - le coût réel ne sera jamais renfloué - serait " compensé " dans un projet d'hydroélectricté au Mexique ! Les citoyens Français en sont fort aises !

Décidément, le ridicule ne tue plus : Christine Lagarde interrogée par des journaliste à l'entrée de la préfecture de Corse-du-Sud a répondu à la question du bien fondé de cette " sauterie " corse que c'était l'occasion pour les ministres et pour le Chef de l'Etat d'être au contact du peuple ( ! ). En effet, ils étaient près du peuple, mais bien protégé de ses soubressauts, Ajaccio était un véritable camp retranché protégé par plus de 1 500 gendarmes et policiers qui se sont déployés dans la ville afin d'empêcher toute mauvaises surprises. Il faut dire que les militants autonomistes et indépendantistes corses avaient l'intention de faire entendre leurs revendications et d'ailleurs quelques uns ont pu se rassembler au centre-ville vite repoussé par les forces de l'ordre.

Ce spectacle qui touche plutôt au vaudeville qu'à la comédie dramatique aura une prochaine édition " c'est certain " à affirmé le président Sarkozy et le lieu sera probablement un département d'outre-mer.

Ben voyons, c'est pas onéreux !!

Yann Redekker