Julliard_1Bruno Julliard va suivre la voie déjà suivie par la plupart de ses " ancêtres " qui se sont succédés à la tête du syndicat  étudiant UNEF ( Union Nationale des étudiants de France ). Il quitte la présidence de ce mouvement pour se retrouver sur la liste de Bertrand Delanoé pour les élections municipales de 2008. Agé de 26 ans, Bruno Julliard qui est le fils de la député-maire socialiste du Puy-en-Velay ( Haute-Loire ), va donc dire adieu aux boutonneux qui confondent les études dans des conditions, certes difficiles parfois - ce n'est pas vraiment le cas des enfants de bobo - et la lutte des classes avec pour modèle principal le " mai 68 " qui d'une révolution d'extrême-gauche manquée ( heureusement ! ) est devenue le mythe incontournable à l'image de ce qu'est devenu Ernesto Guevarra pour les nostalgiques du grand'soir.

Dans moins d'une année, on va donc, si les électeurs parisiens le décident, voir monsieur Julliard sur les bancs du Conseil de Paris et, assurément, dans l'un des fauteuils de la direction du Parti socialiste qui est, en ce moment, à la recherche de figures charismatique pour remplacer celles plus qu'usées des éléphants en poste depuis de longues années.

L'ancien leader de l'UNEF fait donc comme le font les ex-présidents de SOS-Racisme - une autre succursale du PS - il va devenir un élu de cette gauche " modernisée " - et non pas " moderne " le concept étant déjà pris par Bockel ! - qui travaille à longueur d'année à la déchéance de notre pays. Bertrand Delanoë, lui engrange les soutiens pour 2008 et pour ... 2012.

Yann Redekker