GazoleLes Identitaires

Article de Erwan Le Gwen publié le 18 juin 2008

Identitaires, nous sommes solidaires de nos compatriotes qui souffrent de la hausse du prix des carburants.
Agriculteurs, pêcheurs, routiers ont toute notre estime. Comme eux, nous savons quelles sont les fortunes qui se construisent sur ces hausses.
Alors qu’il faut 1 € au Venezuela pour faire le plein d’essence, il en faut entre 60 et 80 en France métropolitaine… L’Etat a trouvé là ce qu’elle croit être une corne d’abondance pour payer les intérêts d’une dette que les politiciens de gauche, comme de droite, ont contribué à creuser. Après les impôts, voilà donc un nouveau moyen de racket fiscal…Mais ce que nos politiciens, énarques et technocrates oublient, c’est qu’ils tondent à chaque fois le même mouton, un mouton que d’autres rêvent ailleurs d’égorger. L’alternative offerte au mouton est alors simple : Vivre libre ou mourir !

De la proximité à l’identité !

Face à la hausse des carburants, un sentiment fort s’empare néanmoins de nous. Et s’il s’agissait d’un signe des dieux ? D’une chance ultime de relocaliser l’économie, de réenraciner les peuples ?


La première des conséquences de la hausse des carburants est en effet de rouvrir les yeux des consommateurs sur les bienfaits de leurs commerces de proximité. En retrouvant ainsi le chemin des épiciers, des petits commerces, nos concitoyens redécouvrent la sagesse et l’enracinement populaire. Pourquoi aller loin quand on a tout chez soi ? Pourquoi se laisser tenter par le superflu lorsqu’il faut s’offrir d’abord l’essentiel ? La réponse à cette question primordiale ouvre la voie du retour à l’identité. Elle signera le destin des Européens.

Soit ils succomberont à la facilité jusqu’à ce que la crise économique les submerge, soit ils feront le choix de redécouvrir les bienfaits des comportements responsables et identitaires. C’est à cette réalité qu’il faut désormais les éveiller.

Consommer identitaire

Pourquoi choisir un vin blanc d’Afrique du Sud ou un rosé argentin alors que nos régions produisent des vins de terroirs de qualité ? Pourquoi accepter ces poulets, produits aux Etats-Unis, trempés dans un bain à base de chlore pour réduire soi-disant des substances pathogènes alors qu’il y a dans nos régions des poulets labellisés ? Pourquoi comme le dirait Jean Pierre Coffe « bouffer de la m….. » alors que jardins et marchés regorgent de produits naturellement enracinés, au propre, comme au figuré.

Pourquoi ? En effet, tout est question de volonté. Ce chemin de la volonté, les effets collatéraux de la hausse de l’énergie et des matières premières sur les prix nous le défrichent. Ils nous restent alors à continuer à éveiller les peuples et les consciences pour qu’au moment « m », ils se réveillent

La situation politique peut paraître sombre. Qu’à cela ne tienne ! Notre espoir est dans un sursaut populaire face aux dures réalités que leurs construisent des lobbies et réseaux capitalistiques et mondialistes. Cet espoir, nous l’initions au quotidien par un ensemble d’actions qui font et feront levier. La vraie action politique est là, certains l’ont oublié en s’embourgeoisant.

Quant l’Europe, s’éveillera, nous sera là. Alors tout deviendra vraiment possible !