Gollnisch_podiumFN 69

édition du 22 septembre 2008

Ce week-end auraient du avoir lieu un congrès et une manifestation publique contre la construction d'une gigantesque mosquée à Cologne (Allemagne), devenue le symbole de l'islamisation progressive de l'Europe. Organisée par le groupe patriotique "Pro-Köln" représenté au conseil municipal de Cologne, cette action a reçue le soutien actif de beaucoup de patriotes de l'Europe entière, qu'ils soient d'Allemagne, d'Autriche, de Flandre/Belgique, de France, d'Italie ou autres.

Nonobstant cette interdiction, les organisateurs patriotiques ont pu montrer au monde entier, grâce à une très bonne médiatisation de leurs préparatifs, que la construction de mosquées en terre d'Occident ne va plus sans dire, n'en déplaise aux gauchos, aux islamistes et aux électoralistes des droites courbes. En effet, "l'homo europeus" est de plus en plus conscient du recul de sa propre culture occidentale face au danger d'un Islam combatif, qui est lui en train d'avancer.

Bruno Gollnisch a envoyé un message de soutien en allemand aux organisateurs du congrès de Cologne qui résume de manière excellente les raisons et les enjeux de notre combat patriotique. Nous le reproduisons ci-dessous en français et en exclusivité pour vous :

Chers élus et amis de Cologne,

Jean-Marie Le Pen et moi-même avons été très sensibles à votre invitation.

Malheureusement, des engagements antérieurs pris de longue date pour d'importantes réunions publiques, nous empêchent d'être présents à vos côtés.

Le Front National n'est pas opposé à la liberté de conscience et de culte des musulmans. Il a dans le passé défendu les anciens combattants musulmans français sauvagement massacrés par le FLN algérien lors de l’indépendance de ce pays. Mais il est fermement opposé à un islamisme conquérant qui prétendrait imposer à nos nations, sur nos terres, des lois civiles et pénales attribuées à la Charia et complètement incompatibles avec nos lois et nos traditions juridiques ou culturelles.

C’est à ceux qui viennent dans nos pays de se conformer à nos lois, notre héritage, nos usages, nos traditions, nos goûts. Ce n’est pas l’inverse.

En France, où la loi de 1905 sur la laïcité interdit tout financement public d'une religion, quelle qu'elle soit, nous déposons plainte chaque fois que nous le pouvons contre les décisions des municipalités d'apporter une aide matérielle à ce que, dans la langue mensongère du "politiquement correct", on appelle pudiquement des "associations culturelles", et qui sont en fait des associations cultuelles.

Mais hélas beaucoup d'élus français, par veulerie ou clientélisme électoral prêtent la main à ce type de projets. De droite comme de gauche, ces élus invoquent la laïcité quand il s'agit de faire disparaître les traditions européennes. Et pour satisfaire le communautarisme islamique, ils acceptent lâchement des horaires réservés aux femmes dans les piscines publiques, la suppression du porc pour tous les élèves dans les menus des cantines scolaires, le retrait des sapins de Noël des halls de bâtiments publics, pendant que des élèves voilées âgées de 15 ans refusent de faire une addition parce qu'un signe arithmétique ressemble à une croix…

En principe, la religion musulmane ne nécessite aucun lieu spécifique de prière ni ne prévoit d'offices rituels devant s'y dérouler. La construction d'une mosquée gigantesque est en conséquence un signe politique et non pas religieux. C’est un acte symbolique : affirmer à la vue de tous la vocation d'un territoire à devenir terre d'islam.

C'est pourquoi nous réclamons que l'édification des mosquées en Europe soit subordonnée à l'application stricte de la grande règle de justice et de droit qu'est la réciprocité. Nous demandons la sécurité et la liberté de culte public et d’expression religieuse pour tous les chrétiens dans les pays à majorité musulmane. Nous demandons que la construction de mosquées en Europe soit subordonnée à la possibilité d'édifier une église catholique ou un temple protestant en Arabie Saoudite - et dans bien d'autres pays, où c’est actuellement impossible. C’est la moindre des conditions, surtout quand ces mosquées sont financées par des Etats étrangers.

C'est en tant que Vice-Président du Front National responsable des Relations internationales le message que je souhaiterais adresser à tous ceux qui se sont mobilisés pour cette manifestation, au mouvement "Pro-Köln" et à ses sympathisants, en saluant aussi très cordialement nos collègues et amis députés européens flamands, italiens et autrichiens qui se sont mobilisés à leurs côtés.