3_RPIMA_1Le Monde

édition du 8 janvier 2009


Le sergent qui avait fait 17 blessés lors d'une démonstration publique du 3e régiment parachutiste d'infanterie de marine, le 29 juin 2008, à Carcassonne, en tirant par erreur à balles réelles, a été révoqué, a annoncé mercredi 7 janvier, le porte-parole de l'armée de terre, le colonel Benoît Royal, confirmant une information du site du Midi Libre. "L'autorité militaire a pris le temps de son enquête et les responsabilités ont été clairement identifiées et assumées par le sergent", a-t-il expliqué .

"Pour une faute involontaire et non intentionnelle, je trouve que la radiation est une décision disproportionnée," a estimé son avocat, Me Jean-Robert Nguyen-Phung, pour qui  son client "est le bouc émissaire de tous les dysfonctionnements" dans cette affaire. Suspendu à titre conservatoire au lendemain de l'accident, le sous-officier âgé de 28 ans avait également été mis en examen devant la justice civile pour "blessures involontaires" et encourt trois ans d'emprisonnement.Le ministre de la défense, Hervé Morin, avait fait état, le 6 juillet, de "dysfonctionnements sur les conditions de délivrance et de contrôle des munitions". L'autorité militaire a déjà pris des sanctions disciplinaires dans cette affaire contre cinq officiers en leur infligeant des peines de suspension avec mise aux arrêts.

Deux jours après la fusillade, le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Bruno Cuche, avait dû présenter, mardi 1er juillet, sa démission à Nicolas Sarkozy.


Note YR : On se rappelle surtout que le président de la République Nicolas Sarkozy avait traité l'ensemble des militaires Français d'incapables...ce qui avait provoqué pas mal de remous.