Bertrand_2C'est aujourd'hui par un jour de violente tempête que le parti du président s'est réorganisé. A la Mutualité c'est devant les cadres du parti réunis pour sa convention nationale que Nicolas Sarkozy a intronisé le nouveau patron - après lui faut pas exagérer ! - de l'UMP.

C'est donc comme prévu l'ancien ministre du Travail Xavier Bertrand qui a pris la direction du mouvement sarkozyste où il sera aidé par l'ancien secrétaire national du PS ( ! ) Eric Besson,par Nathalie Kosciusko-Morizet par Marc-Philippe Daubresse et par Axel Poniatovski qui en seront secrétaires généraux adjoints. Jean-Pierre Raffarin reste lui vice-président du parti mais il devra accepter les conseils de trois autres vice-présidents ( pas moins ! ) : Michelle Alliot-Marie, Jean-Louis Borloo et l'ami du président de la République Brice Hortefeux.

Dans son discours, Xavier Bertand qui est un frère du Grand Orient de France, a prévenu que des changements importants allaient bouleverser l'organisation et l'image de l'UMP. Un parti qui bien évidemment devra " refléter la diversité de la société française ". Pour cela Xavier Bertrand va redoter le parti d'un nouveau siège dans " un lieu plus populaire " ( Sarcelles ? Villiers-le-Bel ? ) et d'un nouveau site internet... ouah!!! ça va pas rigoler avec le frangin !

Mais le clou du spectacle ce fut sans contexte l'intervention du Chef de l'Etat venu " en ami " à la Mutualité. Il a lancé la campagne de l'UMP pour les élections européennes de juin et il en a profité pour laver son linge sale en famille et devant des médias micros ouverts et cameras allumées. Et les deux femmes qui sont encore au gouvernement et qui étaient censées représenter la " diversité " ( en compagnie de Fadela Amara ) en on pris pour leur grade. A Rama Yade qui avait refuser de s'alligner aux européennes, Nicolas Sarkozy a lancé - sans la nommer - " Dans notre famille politique, j'ai plus de respect, d'amitié, de reconnaissance pour ceux qui conduiront le combat que pour ceux qui suivent le combat des autres ( ... ) Quand il faut gagner, on n'a pas besoin de suiveurs. On a besoin de gagneurs " et à Rachida Dati qui desespère de devoir bientôt quitter son ministère de la place Vendôme il a clairement dit " la vie d'un gouvernement, et j'en sais quelque chose, c'est fait de départs et de retours ".

Faut pas croire : il y a de l'ambiance à l'UMP !

Yann Redekker