wilders_1Bivouac-ID

édition du 25 janvier 2009

Traduction d’un éditorial de la revue Investor’s Business Daily sur les poursuites contre ,
à lire jusqu’au bout.


Islamofascisme : le terrorisme ouvre un nouveau front, dirigé contre notre liberté. Le Cinéaste et homme politique néerlandais est en train de faire l’expérience de ce qu’il  en coûte d’être le premier à crier ”AU FEU ! “.

est le leader du Parti néerlandais de la liberté et une épine dans le pied du politiquement correct des Européens qui reculent devant l’augmentation de leurs populations musulmanes jusqu’à accepter l’islamisation insidieuse de l’Europe - ou Eurabia, comme on surnomme ce continent.

En Mars 2008, Wilders a sorti sur internetFitna”, un film sur le Coran. Il y assimile l’ à la violence et fait le parallèle entre le Coran et “Mein Kampf” d’Adolf Hitler ou tout au moins en compare les incitations à une obscène violence contre l’humanité, comme le programme annonçant ce qui est à venir. (voir Fitna en version francaise)

La première scène de « Fitna » qui en terme coranique, se traduit par «désordre», montre un exemplaire du Coran suivi par des images des attentats perpétrés contre les États-Unis, le 11 septembre 2001, puis de Londres en Juillet 2005, puis de Madrid en Mars 2004. Ce n’est peut-être pas subtil, mais cela n’en fait pas un criminel.

Ce qui n’aide pas Wilders c’est qu’il montre dans le film une scène [réelle] de manifestants musulmans portant des pancartes sur lesquels il est écrit “Dieu bénisse Hitler.” Ce qui tend à confirmer la thèse de Wilders. Mentionner Hitler et le nazisme dans n’importe quel contexte est encore à ce jour un sujet sensible en Europe, ainsi que la critique de tout ce qui est musulman.

Mercredi, la Cour d’appel néerlandaise a ordonné des poursuites pénales contre Wilders, qui est aussi membre du parlement néerlandais. « La cour d’appel d’Amsterdam a ordonné la poursuite du membre du Parlement, pour incitation à la haine et discrimination, sur la base de ses remarques dans les médias sur les musulmans et leurs croyances » a déclaré le tribunal dans un communiqué.

Ce qu’il y a dans son film, c’est un grand nombre de versets du Coran et la transcription avec justesse et précision de déclarations d’organisations musulmanes et de leurs partisans, dont beaucoup ne peuvent pas être répétées ici [sur IBD].

Wilders n’est en fait coupable de rien d’autre que de résister à l’islamisation de l’Europe et à leur désir d’imposer la charia aux pays d’Occident. La suppression de toute critique et du débat sur l fait partie de ce processus. La liberté d’expression et la charia sont incompatibles.

Le chroniqueur Mark Steyn a pu ressentir la douleur que Wilders en 2008, alors qu’il était poursuivi par la justice canadienne pour “islamophobie”. Comme dans le cas de Wilders, ce qu’avait fait Steyn consistait en grande partie à des citations in extenso d’orateurs musulmans et des conclusions évidentes qui en découlait. Steyn a gagné en fin de compte, malgré les défenseurs des libertés civiles qui annoncaient les “effet terribles” sur le discours du public que cela pourrait produire.

Ceux qui mènent cette offensive pour éviscérer la liberté d’expression dans les pays occidentaux est un groupe appelé l’Organisation de la Conférence Islamique ( ), composé de gouvernements musulmans du Moyen-Orient, d’Asie, d’Afrique et du monde entier. Sa mission est « de défendre l’image de l’, et lutter contre le phénomène de l’islamophobie ». Dans la pratique, cela signifie l’utiliser nos libertés pour y mettre fin. (A lire absolument, notre article de mars 2008 sur le rapport de l’OCI )

Ekmeleddin Ihsanoglu, le secrétaire général de l’, dit qu’ils ciblent déjà les États-Unis. «Nous avons créé une agence de l’ à Washington, DC”, a t-il annoncé récemment, “dans le but de jouer un rôle plus actif auprès des législateurs américains. » les poursuites contre les politiciens américains et les faiseurs d’opinion ne sont plus très loin.

Ihsanoglu nous envoie aussi un avertissement: «En confrontant les caricatures danoises et le film néerlandais Fitna , nous avons envoyé un message clair à l’Occident en ce qui concerne les lignes rouges à ne pas franchir.»

Il nous est aussi rappelé le sort du cinéaste néerlandais Theo van Gogh, arrière-arrière-petit-fils du célèbre peintre, qui avait franchit cette “ligne rouge” et payé de sa vie en 2004. Il a été abattu et sa gorge tranchée dans une rue d’Amsterdam après avoir réalisé le film “Submission”, qui critiquait le monde musulman pour son mauvais traitement envers les femmes, comme en témoigne le règne de terreur des Taliban en Afghanistan. Son film était-il un discours de haine ou simplement un documentaire sur l’intolérance musulmane ?

Les Islamofascistes savent que la liberté d’expression est la pierre angulaire de la démocratie occidentale. Nous avons besoin de gens comme Wilders, van Gogh et Steyn, qui osent exercer ce droit en défiant ces menaces. Nous avons besoin de savoir la vérité, afin de pouvoir rester des hommes libres.

Source : IBDeditorials traduction Bivouac-id.

AIDONS-NOUS, AIDONS !

Vous pouvez aider Geert Widers de 4 manières différentes :