Sarko_ArcelorFront National

Communiqué de Presse de Bruno Gollnisch, Député du "Grand Est" au Parlement Européen, Vice-Président du Front National du 4 février 2009


A bonne école avec M. Pasqua, dont il a été un disciple exemplaire dans les Hauts-de-Seine, Nicolas Sarkozy applique consciencieusement la leçon : les promesses n'engagent que ceux à qui elles sont faites.

La solution promise il y a un an aux travailleurs de l'usine Arcelor-Mittal de Gandrange se résume aujourd'hui à quelques mots : fermeture, plan social et chômage ! Et on n'a même pas trouvé de place pour eux dans le plan de relance décidément bidon du gouvernement. A moins qu'ils ne soient reclassés dans la "rénovation des bâtiments de logement" aux Kerguelen, qui, elle, y figure !

On ne peut s'empêcher de penser que rien de tout cela ne serait peut-être arrivé sans la complète soumission de nos gouvernants au système capitaliste financier mondial, leur acceptation servile de l'OPA hostile de M. Mittal, et de manière générale, leur renonciation à toute ambition et politique industrielles nationales et européennes.

On attend avec impatience, aux côtés et en totale solidarité avec les travailleurs de Lorraine, que M. Sarkozy revienne en personne, pour l'anniversaire de son voyage de noces, annoncer la nouvelle !