Logo_CSAEnfin le  Conseil supérieur de l'audiovisuel fait un peu son travail : Il met le groupe Canal + en demeure de respecter " leur obligation d'honnêteté de l'information " après que I-Télé notamment ait diffusée le 17 février des images des violentes manifestations malgaches au milieu de reportages évoquant le conflit de la Guadeloupe. Le CSA qui, tout à coup se souvient qu'il a également un rôle de surveillance et pas seulement celui de " policier de la pensée unique " ( voir les articles concernant la diversité télévisuelle... )  poursuit " aucune indication n'ayant été donnée à l'écran sur la teneur de ces images, qui n'avaient pas de rapports avec le sujet traité, leur diffusion était de nature à créer la confusion dans l'esprit des téléspectateurs " .

Si Canal + s'est assez vite excusée la question reste posée : pour faire de l'image à tout prix, les médias audiovisuels sont-ils donc prêts à embrouiller les gens assis devant leurs écranns de télévision en leur assénant soit des programme décervelant soit des reportages ayant la couleur de la vérité mais pas le goût ?

En tout cas le groupe Canal + dont on connaît bien la philosophie n'a pas hésité. Cette petite piqure que le groupe Canal + vient de recevoir de la part d'un CSA dont on se demande bien des fois à quoi il sert, n'empêche en rien son PDG Bertrand Meheut de faire des projets grandioses, le dernier en date : racheter TF1.

Pour l'instant une loi de 1986 empêche un groupe de posséder deux fréquences analogiques. Dans deux petites années lorsque l'analogique aura disparu au profit du numérique, rien n'empêchera plus le groupe Canal + de se lancer dans l'aventure. Alors, un reportage bidouillé...


Yann Redekker