PdF_logoParti de la France

Communiqué du PdF du 12 mars 2009

Comme les précédents rapports sur la Turquie, celui de madame Oomen-Ruijtjen ne remet pas en cause le dogme euro-bruxellois : "la Turquie doit adhérer à l'Union européenne". Ainsi Sarkozy, trahissant une fois de plus ses promesses électorales, a ouvert quand il présidait les institutions européennes deux chapitres des négociations d'adhésion.

Pourtant nos peuples refusent l'intégration de ce pays asiatique et musulman à 99 %, depuis le génocide des Arméniens et la disparition des  autres communautés chrétiennes, dirigé par un parti islamiste,  et dont l'armée occupe le territoire de la République de Chypre, membre de l'Union européenne. Ils se rappellent aussi que pendant des siècles, les Turcs ont constitué la principale menace contre l'Europe. C'est seulement au XIXè siècle que les Grecs, les Roumains, les Bulgares et les Serbes se sont libérés du joug ottoman.

L'entêtement des eurocrates à faire entrer la Turquie dans l'Europe, comparable à celui qu'ils mettent pour imposer le traité de Lisbonne, révèle le caractère antidémocratique et antieuropéen de l'Europe de Bruxelles. Le 7 juin, nos peuples auront l'occasion d'exprimer leur volonté de construire une nouvelle Europe : une Europe des nations européennes, libres et souveraines.