Guiniol_SarkoNovopress

16/03/2009 –17h00


Paris (NOVOpress) – Les marionnettes de Canal + fêteront ce soir leur 20e anniversaire avec un programme spécial. Après 4 000 éditions, cette parodie de journal télévisé qui se veut une caricature du monde politique, des médias, des personnalités ou plus généralement de la société française et du monde actuel, est aujourd’hui une véritable institution suivie quotidiennement par 2,5 à 3 millions de téléspectateurs.

Lancée en août 1988 à la demande du Directeur des programmes de Canal+ Alain de Greef, qui désirait un équivalent français de l’émission satirique britannique Spitting Image pour palier l’arrêt du JTN des Nuls et concurrencer le Bébête show de TF1, l’émission s’intitulait initialement Les Arènes de l’info. Elle est  diffusée pour la première fois le 29 août 1988.

Après un début difficile - humour maladroit, concept bancal – Les Guignols de l’info trouvent leur place dans le paysage audiovisuel jusqu’à devenir un élément incontournable d’une vie politique française où les premiers conseillers du Prince sont désormais les instituts de sondage, les publicitaires et autres « communicants ». Mais l’humour assassin et outrancier des Guignols, reflétant souvent les idées très marquées à gauche des auteurs des sketchs (« les Guignols sont de gauche, mais comme tous les humoristes je pense, non ? » a d’ailleurs déclaré Bruno Gaccio, l’un d’entre eux, au Journal du Dimanche), n’a pas manqué de susciter des critiques : la moins paradoxale n’est pas l’accusation d’avoir favorisé en 1995 l’élection de Jacques Chirac, présenté durant la campagne présidentielle comme un « looser sympa » selon les termes de Benoît Delépine, un autre des auteurs.

Au-delà de qualités humoristiques inégales mais indéniables, la longévité des Guignols s’explique aussi, assurément, par un choix judicieux dans leurs attaques, les auteurs préférant les cibles convenues et sans risques (Front national, religion catholique, « beauf » franchouillard) à d’autres plus problématiques. Une prudence somme toute très politiquement correcte dont n’a pas su faire preuve l’humoriste Dieudonné…