GendarmerieGollnisch 2009

édition du 24 mars 2009

L’hebdomadaire Marianne, que l’on peut difficilement soupçonner de rouler pour le FN, a consacré un gros dossier dans son dernier numéro au « divorce » entre Sarkozy et les Français. On y retrouve aussi une longue enquête sur l’insécurité où il est expliqué que non seulement celle-ci n’a pas reculé, mais qu’elle a même progressé. Un constat opéré depuis longtemps par les études du FN et vérifié quotidiennement par nos compatriotes.

Le journaliste Frédéric Ploquin précise que la baisse générale de 1 % dont s’est félicité le chef de l’Etat (en réalité officiellement 0,86 %...), est « essentiellement due au reflux des atteintes aux biens (…). A lire les études de l’Office national de la délinquance (OND) », on constate que cette rubrique est en recul « depuis une quinzaine d’années », « sous l’effet conjugué des portes blindées et autres systèmes antivol inventés par les constructeurs automobiles. Pas forcément de quoi pavoiser donc ».

Par ailleurs, le développement des polices municipales a pour conséquence que de nombreux délits dits de proximité « ne parviennent même plus aux oreilles de la police (nationale), échappant ainsi à toute comptabilisation »… « Il existe par ailleurs plusieurs moyens, en toute légalité, de rétrécir les filets afin d’obtenir des statistiques satisfaisantes (…). Faire la queue pendant plusieurs heures, les victimes d’un simple vol n’y sont pas toujours prêtes. Beaucoup renoncent pour ne pas perdre une demi-journée de boulot (…), pourquoi attendre pour des faits qui seront, à coup sûr, classés sans suite ? ». Idem « dans le monde rural, tenu par la gendarmerie », où du fait du regroupement des forces en communautés de brigades, « les kilomètres à parcourir dissuadent le plaignant ».

Si dans les banlieues plurielles « ça peut exploser à tout moment » note les « observateurs », l’UMP nous trompe aussi avec les chiffres de l’immigration. Ainsi « le gouvernement se gargarise avec le nombre des étrangers en situation irrégulière (ESI) démasqués en 2008 (+ 68 %). Mais il s’abstient de dire combien de reconduites à la frontière prononcées ont été réellement exécutées : une infime minorité ».

Enfin, l’article de Marianne conclut sur « les agressions à domicile – ou saucissonnages – une des spécialités du milieu manouche, (qui) sont elles aussi en progression » et sur la flambée du nombre des braquages chez les commerçants (+ 15 % en un an). Bref, la criminalité générale baisse, mais dans le détail, c’est un désastre ». Une insécurité physique, qui s’ajoute à l’insécurité économique et sociale et qui explique notamment que dans le dernier baromètre Ipsos du mois de mars,

Nicolas Sarkozy ait perdu 18 points d’opinions favorables auprès des électeurs du FN…