Cagoul_sLe Point

Article de Ségolène de Larquier publié le 3 avril 2009


Les militants anti-Otan sont sur le pied de guerre alors que se tient le sommet       du 60e anniversaire de l'Otan (Organisation du traité de l'Atlantique nord)   vendredi et samedi à Strasbourg. Des anarchistes aux pacifistes, en passant par les autonomes et les anticapitalistes, tous seront présents, avec pour intention clairement affichée d'entraver le bon déroulement de ce rendez-vous international. En allant même jusqu'à bâtir leur contestation sur Internet. "Faisons du sommet de l'Otan un désastre", appelle ainsi le     site web Dissent     .    
 
Pour perturber l'événement, tout a été minutieusement prévu, à la fois sur les plans juridique, médical et matériel. Le site Web Antirépression Strasbourg propose carrément     un manuel du parfait manifestant   , le tout assorti de précieux conseils : "emmener un foulard ou de quoi cacher son visage tout au long de la manifestation", "apprendre à reconnaître les différents types de flics, en uniforme ou non", "ne jamais parler de ses exploits en pleine rue, et éviter de prononcer des noms", car les policiers en civil sont très nombreux. Autre recommandation : "Si la police tente de cibler un (opposant), arrêtez-vous net et formez une chaîne humaine, restez solidaires."
 
  "Abc de la manif"  
 
Les organisateurs ont décidé de jouer la carte de la pédagogie. À cet effet,       un guide juridique   est distribué à chacun. Ce fascicule d'une petite vingtaine de pages comprend un "abc de la manif". Son utilité ? Savoir comment s'habiller (éviter, par exemple, les vêtements larges), faire attention aux effets que l'on possède (éviter les couteaux ou les substances illicites), disposer de numéros utiles, connaître le comportement à adopter lors d'une garde à vue ou d'une détention provisoire, faire face aux forces de l'ordre et préparer sa défense. L'aide juridique passe aussi par la "Legal Team", une équipe chargée de recueillir les témoignages des participants pour les aider à porter plainte en cas de violences policières. "Le téléphone sonne sans arrêt, toutes les secondes. Outre une interface juridique, la Legal Team suit aussi en temps réel l'actualité du contre-sommet et de la répression     en diffusant les informations sur le Web     ", explique au point.fr Vincent, chargé de presse de la coordination anti-Otan.  
 
Une aide médicale est aussi assurée : chaque personne blessée après des heurts avec les policiers est encouragée à la contacter. Tout en étant également fortement invitée à "se précipiter à l'hôpital pour obtenir un certificat médical bien détaillé du service médico-légal", qui pourra entraîner une interruption de temps de travail (ITT). "Ces documents pourront être très utiles dans le cadre de poursuites", complète le guide juridique.
 
Le programme de la contestation est soigneusement établi et rythmé par plusieurs événements (       disponible ici   ). Au total, ce sont jusqu'à 60.000 manifestants anti-Otan qui sont attendus en France et 25.000 en Allemagne, selon les autorités des deux pays. Pour les contenir,     la ville de Strasbourg est d'ailleurs devenue une véritable "forteresse".   Une conférence internationale anti-Otan se tient, de vendredi à dimanche, au centre sportif d'Illkirch - Graffenstaden. Le premier débat, intitulé "60 ans d'Otan, 60 ans de menaces contre la paix mondiale", donne le ton de la mobilisation. Suivent des ateliers évoquant plusieurs thèmes comme "le coût de l'Otan et des guerres", "le bouclier antimissile" ou encore "l'impact de la guerre sur l'environnement". Samedi, dès 13 heures, une grande marche est prévue à Strasbourg.     Plusieurs événements culturels     mettent aussi l'ambiance à la fête au sein du       village alternatif "autogéré"   aménagé pour l'occasion. Outre les tentes et les douches pour le confort, un cinéma en plein air, des groupes de samba, un chapiteau de musique techno, des peintres et artistes de rue sont aussi de la partie.