DruckerMichel Drucker le célèbre animateur de la télévision publique française a passé une bien mauvaise journée. Lui si lisse, si prompt à donner du bonheur télévisuelle à qui le voudra, s'est retrouvé mis en avant non pas pour avoir distribué sa soupe à l'un de ses invités politiques de son émission actuelle " Vivement Dimanche ", mais pour avoir obtenu un permis de construire sur le territoire de la commune d'Eygalières ( Bouche-du-Rhône ), un village situé à quelques kilomètres de Saint-Rémy de Provence.

Ce qui détonne c'est que Michel Drucker a selon la Ligue de défense des Alpilles, une association écologiste locale, obtenu le droit de faire bâtir une villa à seulement 340 mètres de la Chapelle Saint-Sixte, une bâtisse datant du XIIème siècle chapelle classée. Et une directive Paysage Alpilles prise il y a deux ans interdit de construire à moins de 500 mètres d'un monument inscrit ou classé...

Rappelons que Michel Drucker, qui possède déjà deux villas avec piscine dans la région,avait aidé financièrement la région en 1999 en organisant un gala pour lever des fonds après des incendies. Est-ce un remerciement de la part de l'édile du pays qui lui a accordé le permis de construire en janvier 2008 ?

La question peut se poser car, tout de même, toute personne qui désire constuire ne serait-ce un appenti derrière sa maison sait de quoi je parle : les agents de la DDE chargés de la vérification du dossier présenté sont assez tatillons et rien n'est laissé au hasard. Alors pour se justifier face aux accusations formulées par la Ligue de Défense des Alpilles ils mettent au cause le facteur !

Ce serait en effet une faute de La poste : " Il est possible que la lettre se soit perdue. Pour des raisons d'économie, nous ne les envoyons pas en recommandé. Et lorsque l'architecte ne répond pas dans un délai d'un mois, son avis est considéré comme favorable " ! Pire, le Figaro nous donne aussi le commentaire de l'une des personnes de la DDE selon lequel l'architecte est difficile à joindre et que son administration ne possède pas son numéro de portable...

Ce n'est certainement pas une chose très grave pour les Français qui sont aujourd'hui dans le désarroi mais c'est symptômatique d'une époque.

Yann Redekker