BompardIdentita Nostra

Article de Kreuzer publié le 22 avril 2009

Cette fois c’est fait : Jacques Bompard, le maire villiériste d’Orange vient d’officialiser la construction prochaine d’une mosquée dans sa ville. La semaine dernière, Jacques Bompard a offert un terrain de 4700 m² à la communauté musulmane locale. En accordant un terrain (qui plus est gratuitement) à la communauté musulmane, Bompard vient de faire preuve de dhimmitude en cautionnant l’islamisation de sa ville.

La construction d’une mosquée à Orange est à replacer dans un processus commencé depuis déjà six ans. Il y a six ans en effet, Jacques Bompard, comme d’autres élus du système, avait fait le choix du communautarisme islamique. Sa politique islamisante a commencé par la création d’un marché 100% islamique (tous les jeudi matin devant l’espace Alphonse Daudet) puis, par la suite, avec un projet de création d’une grande mosquée (qui va devenir hélas une réalité d’ici quelques mois).

Ce qui est grave dans cette histoire là, c’est que Bompard s’est toujours présenté comme quelqu’un d’attaché à la défense de l’identité française. Si cela fut sûrement le cas pendant de nombreuses années, force est de constater que bien des choses ont changé depuis. Ainsi, depuis 2003, celui qui se veut le « défenseur des valeurs fondamentales » n’est qu’en réalité un ennemi de l’identité française. On ne peut pas prétendre vouloir défendre l’identité française et dans le même temps collaborer au déracinement culturel national en favorisant l’islamisation.

Je constate par ailleurs le silence étrange de certains amis de Jacques Bompard, des amis qui eux aussi se revendiquent comme « défenseurs des valeurs fondamentales ». Pourquoi ceux qui dénoncent la construction d’une mosquée à Bordeaux n’en font-ils pas de même lorsqu’un cas similaire se présente dans la ville d’Orange ? Pourquoi ceux qui ont critiqué le fameux discours de la dalle d’Argenteuil ne critiquent pas la construction d’une mosquée à Orange ?

La lutte contre l’islamisation de la France ne doit pas être un combat mené à la légère. Dans ce type de combat, on se doit de faire preuve d’intransigeance et de fermeté. Les querelles matérialistes ne doivent pas polluer le combat vital de la lutte contre l’islamisation. Il faut cesser de pratiquer les jugements à géométrie variable.

La droite nationale doit être unie dans ce combat et non désunie comme cela est malheureusement le cas à cause du comportement de certains qui jouent aux aigris de service car ils ne reçoivent plus leur petit susucre en provenance de Montretout.

Que ça soit à Bordeaux, à Chelles ou à Orange ; partout l’islamisation se doit d’être combattue !