_LCI

édition du 23 avril 2009

C'est Libération qui révèle l'information jeudi matin : la banque franco-belge Dexia aurait versé 8 millions d'euros de bonus à ses cadres dirigeants. L'établissement avait pourtant été sauvée de la faillite par les Etats belges et français, et s'apprête à supprimer 900 postes dont 250 en France. Pour corser le tout, cette révélation tombe après la publication, lundi, du rapport annuel de la banque, dans lequel on a appris que l'ex-patron de la banque, Axel Miller, avait reçu une indemnité de départ de 825.000 euros après avoir pourtant annoncé fin septembre qu'il ne demanderait aucun dédommagement à la suite de sa démission.

"Le top 100"

Cette enveloppe de 8 millions d'euros de bonus est allouée à la partie française de l'entreprise, Dexia Crédit local, précise Libération. Le chiffre de 8 millions d'euros "a été lâché par la direction aux élus du personnel", rapporte le quotidien. Interrogée, une porte-parole ne reconnaissait toutefois que le versement de 6,1 millions d'euros, expliquant cet écart par la prise en compte ou non des charges sociales.

Les bonus auraient été distribués à 400 salariés selon les indications fournies par la direction aux élus du personnel, à 765 selon la porte-parole. Au-delà des divergences sur les chiffres, il semble en tout cas que la distribution ne s'est pas faite à parts égales : ce sont les managers de la banque, "le top 100" des salariés, qui en auraient le plus bénéficié.