Marianne_busteLCI

édition du 12 juin 2009


Le conseil municipal de Saint-Cyprien, station balnéaire des Pyrénées-Orientales secouée par une affaire de corruption, a présenté sa démission vendredi au préfet, a annoncé la première adjointe Claudette Guiraud (UMP). Le nouveau maire, Pierre Fontvieille, élu le 2 juin après le suicide en  prison de son prédécesseur Jacques Bouille (UMP), principal accusé dans cette affaire de corruption, a été placé en détention mercredi pour son implication présumée.

Il a été mis en examen par un juge d'instruction pour soustraction et détournement de biens publics, complicité de détournement de biens publics, trafic d'influence, prise illégale d'intérêts et blanchiment aggravé, et placé en détention provisoire.

Cinq millions d'euros en statuettes et tableaux

Au total, quatorze personnes, dont des responsables de la mairie, ont été mises en examen depuis la fin de 2008 dans cette affaire de malversations portant sur l'achat d'objets d'art et la politique d'urbanisme de la ville. L'enquête a été ouverte après l'achat par la commune en 2006 et 2007 de statuettes, tableaux de maîtres et œuvres d'art dont certains auraient disparu et dont la valeur totale s'élèverait à cinq millions d'euros.

Le maire de la cité balnéaire, Jacques Bouille, incarcéré depuis décembre 2008 pour blanchiment, corruption par personne exerçant un mandat électoral, prise illégale d'intérêts, détournement de biens publics, s'est pendu fin mai dans sa cellule de Perpignan.

Maire depuis 1989, conseiller général et ancien secrétaire départemental de l'UMP, il avait été exclu de l'UMP début 2009
.