swatLes élèves perturbateurs , les mauvaises têtes et les trublions des classes ont interêt à rentrer dans le rang ! C'est en substance ce qu'a exprimé le ministre de l'Education nationale Luc Chatel ce matin à Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine face aux responsables des équipes mobiles de sécurité académique composées de personnels du ministère et de policiers ou de gendarmes.

Dès le 31 mars, les EMSA qui sont actuellement opérationnelles dans dix-neuf académies, seront déployés progressivement dans les quelques sept mille neuf cent quarante-six collèges et lycées concernés.

Le ministre a précisé que 27 % des établissements avaient été diagnostiqués et que des recommandations avaient été faites en matière d'installation de clôtures, de vidéoprotection voir dans certains cas de portique de sécurité.

Mais comme d'habitude c'est le meilleur qui manque : l'argent.

Sans ce dernier, c'est comme si notre ministre crachait dans un violon.

Yann Redekker