Royal_1David Desgouilles

Article de David Desgouilles publié le 4 février 2010

L'auteur de cet article n'est en rien membre du FN ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique et il ne partage pas forcément les idées défendues ici.

C’est au quartier de la Meinau, à Strasbourg, que cela se passe. Le numéro un du PS du Bas-Rhin, Mathieu Cahn, a dénoncé “le fétichisme du drapeau et la vénération de l’hymne national”, récoltant de la droite, et de Pascal Mangin en particulier, une volée de bois vert assez méritée1.

Adjoint au maire de la ville où Rouget de Lisle chanta pour la première fois ce Chant de guerre pour l’armée du Rhin, qui devint plus tard La Marseillaise, élu d’une commune dont sont originaires Georges Wodli2 et Marc Bloch, Monsieur Cahn n’est pas seulement ignorant de l’Histoire de France en général et celle de Strasbourg en particulier.

Il ne semble pas se souvenir que celle dont il fut membre du conseil d’animation politique alors qu’elle n’était encore que candidate à la candidature présidentielle, Ségolène Royal, proposa aux Français d’accrocher un drapeau à l’une de leurs fenêtres et prononça à Marseille ces mots suivants, sans doute les plus beaux de sa campagne : “Ce n’est ni un chant sanguinaire, ni un chant xénophobe. Non, c’est le chant de toutes les libertés [...] C’est le chant des républicains [...] C’est le chant que je vous propose, ici à Marseille, de chanter tous ensemble pour ne jamais oublier que le message universel de la France à travers le monde est plus que jamais d’actualité : la liberté, l’égalité, la fraternité.”

Fétichiste, Ségo ? Même Frédéric Lefebvre n’avait pas osé…

 

  1. Ancien adjoint au maire de Strasbourg, M. Mangin écrit notamment : “En somme, pour le secrétaire bas-rhinois du Parti socialiste : l’identité ça va ; c’est quand elle est française qu’il y a des problèmes. C’est une bien étrange conception du “vivre-ensemble” que celle qui consiste à haïr ce que l’on est pour pouvoir accueillir l’autre. Mais passons. Là où les déclarations de M. Cahn ne passent pas, c’est lorsqu’il s’en prend avec hargne au drapeau tricolore et à La Marseillaise. Sait-il seulement qu’il est l’adjoint au Maire d’une ville, dont l’histoire est intimement liée à ces deux grands symboles de notre République ?” Lire l’intégralité sur facebook.

  2. Cheminot communiste et résistant exécuté par la Gestapo