Gollnisch_6

 e-deo

Lettre adressée le 11 février 2010 au Préfet de police de Paris par Bruno Gollnisch

Monsieur le Préfet,


 J’ai l’honneur de vous saisir des faits suivants : je viens d'apprendre que dimanche 14 février, jour de la Saint Valentin, des organisations homosexuelles ont prévu de se réunir sur le parvis de Notre Dame de Paris pour un" Kiss-in" (sic) afin, selon les organisateurs:"d'interpeller l'Église, de questionner la religion sur la question de l'amour et du mariage entre gays et entre lesbiennes".

L'action de ces groupuscules homosexuels se déroulerait à 14 heures, soit au moment de la sortie de la messe de 12h45.  

Il est évident qu’une telle action, devant ce lieu de culte symbole du catholicisme français, vise essentiellement à choquer tous les croyants qui se sentiront à juste titre agressés dans leurs convictions morales et religieuses. Une telle provocation ne peut que susciter de leur part des réactions hostiles.

J’appelle en outre votre attention sur le fait qu'une provocation similaire avait déjà causé des heurts avec des fidèles sortant de la messe en mars dernier, et que, dans un proche passé, le recteur Mgr. Jaquin avait été jeté à terre en tentant de s’opposer à une intrusion de provocateurs homosexuels à l’intérieur même de la cathédrale. 

Je ne pense pas qu’une telle manifestation d’homosexuels extrémistes serait autorisée devant la grande mosquée

Compte-tenu de possibles débordements agressifs envers l'Eglise Catholique, ou de la réaction de fidèles excédés, et du trouble à l'ordre public évident qui résulterait d’un affrontement, je vous suggère, Monsieur le Préfet, de bien vouloir prendre les mesures nécessaires pour que cette mascarade outrageante n'ait pas lieu à cet endroit, et que le parvis de Notre Dame de Paris en soit à l'avenir protégé.

Je vous prie, Monsieur le Préfet, de bien vouloir agréer l’expression de toute ma considération.