Chili_f_vrier_2010La question peut sembler déplacée, mais que dire des réactions éparses et pour le moins tièdes des autorités politiques du monde et surtout des " autorités morales " que sont les ONG à la suite du violent séisme qui a touché le Chili dans la nuit de vendredi à samedi. C'est un tremblement de terre de magnitude 8,8 sur l'échelle de Richter dont l'épicentre est situé au sud-ouest de la ville chilienne de Talca qui a dévasté le pays... Mais force est de constater que ce qu'on entend le plus parler c'est du tsunami qui s'annonce.

Quant à Haïti, il est vrai que si l'amplitude du séisme était beaucoup moins important le nombre e victimes n'est pas comparable pour une raison toute simple : le Chili a respecté, généralement, les normes de construction anti-sismique alors que Haïti...

Est-ce une raison pour évacuer la question de l'aide à ce pays ? Certes le gouvernement chilien n'a pas pour l'instant demandé explicitement de l'aide mais tout de même la différence de traitement entre le drame haïtien de janvier et celui du Chili de février me laisse perplexe.

Yann Redekker

( photo : Reuters )