LetermeRTBF

édition du 5 mars 2010


La Belgique "n'est pas prête à laisser se poursuivre" l'afflux de candidats à l'asile politique originaires des Balkans, dont le nombre a explosé ces dernières semaines, a affirmé vendredi le Premier ministre Yves Leterme.

"La Belgique est un pays prospère, mais ce n'est pas un Eldorado. Je veux dire à ces gens que venir en Belgique pour y résider, pour profiter de notre système de sécurité sociale, c'est exclu
", a déclaré le chef du gouvernement.

"Et je suis content que le Premier ministre serbe Mirko Cvetkovic soit d'accord pour combattre ce fléau", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse commune avec son homologue serbe, à l'issue d'une réunion d'une demi-heure à Bruxelles.

401 Macédoniens et 330 Serbes ont introduit une demande d'asile politique en Belgique en février, alors qu'en février 2009, seuls 28 Serbes et 12 Macédoniens avaient entrepris la même démarche, selon des chiffres du Commissariat général aux réfugiés et apatrides.

Des bus entiers

Selon les autorités belges, depuis la fin de l'obligation de visas pour les ressortissants de ces pays fin 2009, des bus entiers amènent ces candidats à l'immigration directement des Balkans jusque devant le bâtiment de l'Office des étrangers à Bruxelles, alors qu'ils n'ont pratiquement aucune chance de se voir reconnaître le statut de réfugié politique.

"Quelqu'un les a faussement informés qu'ils seraient logés à l'hôtel, qu'ils recevraient de l'argent et que leur demande d'asile serait acceptée", a expliqué Mirko Cvetkovic. "Il faut tout faire pour les convaincre de ne pas entreprendre ce voyage risqué", a-t-il ajouté.

Après de premières mises en garde de Bruxelles, le phénomène semble en cours de résorption ces derniers jours. Jeudi, aucun demandeur d'asile originaire de ces pays ne s'est présenté et ils n'étaient que sept ce vendredi, a expliqué Yves Leterme.

Le Premier ministre se rendra néanmoins lundi en Macédoine, au Kosovo et en Croatie pour aborder la question avec les responsables politiques, tandis que son secrétaire d'État à l'Asile et l'Immigration, Melchior Wathelet, s'adressera directement aux populations concernées le lendemain en Macédoine et en Serbie.