Voile_4

Actu 24

édition du 29 mars 2010

Après un long débat, le conseil communal de Charleroi a décidé lundi d'interdire le port du voile dans l'enseignement communal, après avoir adhéré au décret de 1994 définissant la neutralité dans l'enseignement de la Communauté française.

Le débat a donné lieu à un échange de vues le plus souvent unanime. Le chef de groupe PS Alain Lelubre a rappelé que le corps professoral doit s'abstenir de tout comportement ou signe ostentatoires relatifs à ses convictions religieuses et philosophiques, à l'exception des enseignants de cours philosophiques.  

Chef de groupe MR ( Note YR : droite libérale ), Olivier Chastel a regretté que le conseil n'ait pas suivi plus tôt la demande de son groupe, qui voulait qu'une décision intervienne avant que se pose le problème de cette enseignante, et les problèmes juridiques qu'elle a posés.

Véronique Salvi, au nom du groupe cdH, a déploré que deux ans aient pu se passer, pendant lesquels cette enseignante avait pu exercer sans qu'on lui reproche de porter le voile. S'adressant au public, venu nombreux dans la salle du conseil, elle a indiqué qu'il ne s'agissait de stigmatiser personne.

La conseillère Ecolo, Malika El Bourezgui, a estimé que la disposition proposée par la majorité tenait du "bricolage et de l'empressement", et qu'elle donnait une image de "précipitation et de harcèlement".

Plainte contre le FN

Le conseiller FN Jean-Pierre Borbouse a estimé que le combat pour la démocratie "est perdu d'avance", évoquant ceux qu'on avait "laissé débarquer". Le bourgmestre Viseur a aussitôt réagi, indiquant que s'il percevait le moindre terme de nature xénophobe dans cette intervention, il déposerait plainte contre l'élu FN.

Au moment du vote, trois élus Ecolo se sont abstenus sur l'adhésion au décret comme sur le règlement interdisant le voile. Au second vote, sur le règlement d'ordre intérieur, seul un élu cdH ( Note YR : Le Modem belge ) a voté contre.