Emirates_a380TF1 actualités

édition du 30 octobre 2010


A-t-on échappé à une nouvelle attaque terroriste d'envergure internationale ? Les colis piégés retrouvés en transit à l'aéroport de Dubaï et à bord d'un avion au Royaume-Uni étaient bel et bien armés et prêts à exploser. C'est en tout cas ce qu'on affirmé samedi les autorités émiratis et britanniques.

Le colis piégé intercepté à l'aéroport de Dubaï en provenance du Yémen et destiné aux États-Unis aurait pu exploser dans l'avion, a ainsi assuré chef de la police émiratie. "Il s'agissait d'un colis piégé et un acte terroriste aurait pu avoir lieu", a-t-il ajouté, précisant que le colis aurait pu "exploser" dans l'avion, s'il n'avait pas été intercepté à temps. La police de Dubaï a annoncé que la bombe interceptée à l'aéroport contenait de la penthrite et un système de mise à feu composé d'une carte SIM de téléphone "portant l'empreinte d'organisations terroristes comme celle d'Al-Qaïda". Une information relayée quelques heures plus tard par la secrétaire américaine à la Sécurité intérieure Janet Napolitano.

"La cibe pourrait avoir été l'avion"

Le chef de la police a indiqué que les autorités de Dubaï avaient été informées par "des pays occidentaux" qu'un colis suspect avait quitté le Yémen pour Dubaï, via un troisième pays arabe qu'il n'a pas voulu nommer. Selon la police de Dubaï, le colis contenait une imprimante d'ordinateur dont la cartouche d'encre contenait de la penthrite (PETN) et du plomb, un produit hautement explosif.

A Londres, c'est le même constat. Le colis piégé découvert en Angleterre à bord d'un avion-cargo à destination des Etats-Unis était "actif" et aurait pu détruire l'appareil s'il avait explosé, a déclaré samedi la ministre britannique de l'Intérieur, Theresa May. Elle a assuré que Londres agirait immédiatement pour stopper les mouvements de tout fret non accompagné venant du Yémen à destination du Royaume-Uni ou y transitant. "Je peux confirmer que le dispositif était actif et aurait pu exploser. La cible pourrait avoir été l'avion, et si la bombe avait explosé, il aurait pu être détruit", a-t-elle dit. Samedi soir, le Premier ministre britannique, David Cameron, a été plus précis : Le colis piégé découvert en Angleterre devait exploser à bord de l'appareil, a-t-il assuré. Les deux colis piégés venant du Yémen étaient adressés à des lieux de culte juifs de Chicago.

Fret suspendu entre la France et le Yémen

Au Yémen, l'enquête a démarré sur les chapeaux de roue. Une femme soupçonnée d'avoir envoyé les colis piégés à destination des États-Unis a été arrêtée samedi soir à Sanaa après l'encerclement de sa maison par les forces yéménites, a annoncé le ministère yéménite de la Défense. Auparavant, les autorités ont saisi 26 colis suspects et interpellé des employés des compagnies de transport aérien et de la division cargo de l'aéroport international de Sanaa, la capitale, a indiqué une source proche de l'enquête. Samedi matin, un porte-parole officiel a affirmé que "le Yémen continuera de déployer ses efforts dans le domaine de la lutte contre le terrorisme en collaboration avec la communauté internationale".

En Europe, des mesures exceptionnelles ont été prises. En Fance, la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a ainsi annoncé samedi la suspension du fret aérien en provenance du Yémen après le lancement d'une alerte internationale par les autorités américaines consécutive à la découverte de deux colis piégés. Une mesure également prise par les autorités allemandes.