Vande_LanotteLa Libre Belgique

édition du 30 décembre 2010


Le conciliateur royal n’était pas en forme, mercredi. Retrouvera-t-il la pêche jusqu’à pouvoir accéder, en cas de réussite, au “Seize” ?    

Voici un chiffre rond qui était devenu aussi attendu que le passage d’un mercredi à un jeudi. N’empêche, à peine sèches les encres et salives, d’abord autour des six mois écoulés, ensuite autour de la crise désormais la plus longue de notre histoire politique, ce Jour J + 200 d’après les élections du 13 juin ajoute aujourd’hui symboliquement un peu plus de poids encore au ressentiment collectif, autant qu’un peu plus de relief encore aux prochaines échéances.

Prochaines, et proches. Car, à peine passée la Saint-Sylvestre, c’est toujours en principe le 3 janvier, lundi, que le conciliateur royal remettra sa note de synthèse aux sept partis opiniâtrement associés à ce qui n’est encore qu’une prénégociation; avec mission qui leur est assignée de manifester au surlendemain, le mercredi 5, leur volonté ou non de poursuivre.

Johan Vande Lanotte ( photo ) a donc entamé un ultime tour d’horizon avec les états-majors, toujours à tour de rôle, avant de signer sa copie. Après les présidents Gennez (SP.A), De Wever (N-VA) et Di Rupo (PS) mardi, ce devait être, hier, le cas du nouveau président du CD&V, Wouter Beke. Le rendez-vous a été postposé à ce soir. Entre-temps, les deux dirigeants écologistes (Van Besien puis Javaux) auront rencontré le socialiste flamand; Joëlle Milquet (CDH) fermera le ban vendredi.

Pourquoi, ce report ? Pour "des raisons pratiques",  parce que M. Vande Lanotte "ne se sent pas en grande forme" selon son entourage. Ce coup de fatigue, ajoutait sa porte-parole, ne l’empêche pas de poursuivre la rédaction de cette fameuse note dite définitive et présumée volumineuse.

On prête d’ailleurs à l’ancien vice-Premier ministre tant de volonté de décrocher un premier accord qu’il rêverait de prolonger l’expérience, jusqu’au "Seize" inclus s’il se confirmait que l’étoile d’Elio Di Rupo comme "primoministrable" a perdu en brillance au fil du temps. Le coup de barre à quelques heures des 200 jours ne présagerait dès lors en rien l’amorce de l’annonce d’un échec, comme certains déjà l’expliquaient.

En attendant, d’autres supputations, sur l’inclination générale de la note Vande Lanotte, se poursuivent. Une source nordiste disait ainsi, mercredi, se féliciter d’une orientation davantage flamande donnée à la copie, notamment dans le poids des transferts de compétences (l’un de ses chapitres) qui serait désormais gonflé jusqu’à 17 milliards d’euros.