Centrale_nucl_aire_de_Nogent_sur_Seine

Arnaud Gouillon

Article d'Arnaud Gouillon publié le 21 mars 2011

Nous ne pouvons rester insensibles aux évènements qui se déroulent au Japon depuis une dizaine de jours. Si le pire semble avoir été évité, l’accident nucléaire qui a eu lieu aura des conséquences sanitaires importantes. Je tiens à saluer ici le courage et la discipline de fer du peuple japonais qui malgré l’enchaînement des catastrophes, naturelles puis humaines, a su rester uni et ordonné comme seul un peuple homogène en est capable.

Les vieux démons nucléaires qui avaient frappé par deux reprises le Japon en 1945 se sont de nouveau réveillés, sans réussir pour autant à altérer la force morale des Japonais.

Alors que les scientifiques européens réfléchissent aux défaillances qui ont mené à cette catastrophe, j’invite nos responsables politiques à imaginer les conséquences sociales d’un tel évènement en France… Les émeutes qui ont eu lieu dans les zones cosmopolites de la Nouvelle Orléans en 2005 suite à l’ouragan Katrina peuvent nous en donner un aperçu réduit.

Concernant l’accident en lui-même, nous voyons un certain nombre d’acteurs politiques tomber dans le sentimentalisme en demandant des mesures de restriction immédiates. Sentiments et politiques ne font jamais bon ménage. Une décision politique ne peut pas, ne doit pas se prendre impulsivement, mais au contraire être réfléchie, discutée, mesurée. On remarque que les décisions précipitées, fermes, définitives et irrévocables sont souvent des croyances issues d’une idéologie et non de la réalité.
Le nucléaire n’est pas bon ni mauvais en soi. Le nucléaire serait même, aujourd’hui, moins dangereux que nombre de nos usines chimiques qui tuent bien plus de travailleurs (utilisation de produits cancérigènes-mutagènes-reprotoxiques, accidents du travail) ou de riverains (AZF) que nos centrales nucléaires. Pour autant la France n’est pas à l’abri de ce type d’accident et de source interne je peux affirmer que l’état de nos centrales se détériore. La recherche de profit et l’appel à la sous-traitance quasi systématique font augmenter le nombre d’incidents et diminuent fortement la sûreté nucléaire. Une centrale ne doit pas être une machine à fric, et la sous-traitance doit rester exceptionnelle.

J’attire également l’attention de nos dirigeants politiques sur la nature d’une centrale nucléaire. Une centrale n’est pas un moteur qu’il suffit d’éteindre en appuyant sur un bouton. Une centrale nucléaire c‘est une immense machine qui, une fois arrêtée, demande un suivi de plusieurs siècles ! Si la composition ethnique et culturelle de la population française continue d’évoluer avec l’inertie des ces trente dernières années, les « Français » de 2100 sauront-ils s’occuper de nos déchets radioactifs d’aujourd’hui ?
Nous comprenons que politique, science et sociologie sont intimement liés. Nous devons regarder la question nucléaire d’un point de vue multi disciplinaire, sans tabou et sans politiquement correct.

Quelles vont-être maintenant les conséquences politiques de cet accident ? Faut-il, comme certains écologistes le souhaitent, sortir du nucléaire ?
Remplacer le nucléaire par les énergies carbone n’est pas une solution gagnante. De même, un simple calcul de rendement énergétique montre que les énergies renouvelables ne peuvent répondre à la demande sans cesse croissante en énergie. Il est donc mensonger de dire que nous pourrions continuer à vivre et consommer comme nous le faisons aujourd’hui après une sortie totale du nucléaire.

Mais nous ne devons en aucun cas tomber dans l’angélisme vis-à-vis du nucléaire qui reste une technologie dangereuse et épuisable. Les minerais radioactifs sont des consommables, comme le pétrole. Un jour nous manquerons d’uranium, c’est-à-dire de combustible nucléaire. Nos sociétés capitalistes se sont engagées dans une course folle à la recherche des ressources naturelles de notre planète. C’est l’augmentation de cette pression sur nos ressources énergétiques qui provoquera l’augmentation des catastrophes et accidents (nucléaires ou pas). Pousser des centrales nucléaires dans leurs retranchements ou forer la terre à la recherche de gaz de schiste ne nous fera pas gagner cette course à toujours plus de consommation d’énergie qui est perdue d’avance. La population humaine est de plus en plus nombreuse (on parle de 10 milliards d’êtres humain en 2050) et la consommation d’énergie par être humain augmente également d’année en année. Cette double croissance ne peut durer indéfiniment dans un monde fini.
Pour limiter la fréquence des accidents, qui ne manquera pas de s’accélérer dans les prochaines années, et se préparer à la fin des énergies consommables nous devons dès maintenant organiser la décroissance énergétique à venir et retrouver ainsi notre équilibre.

Le localisme est l’une des premières réponses à apporter. Réalisable dès aujourd’hui, la relocalisation progressive des activités économiques et humaines limiterait la consommation d’énergie de manière significative. Le retour à la fabrication de biens « durables » est une deuxième piste à explorer. Enfin, nous devons réaliser une véritable révolution intellectuelle en Europe et dans le reste du monde : la croissance n’est plus synonyme de progrès ; la consommation n’apporte pas le bonheur ; le local doit reprendre le pas sur le global et l’indifférencié.

L’accident nucléaire de Tchernobyl en 1986 est vu comme le symptôme d’une URSS décadente, faible et défaillante. L’accident de Fukushima est aujourd’hui le révélateur de la vulnérabilité de nos sociétés modernes. Nous devons préparer la fin du modèle libéral-consommateur tel qu’il a été appliqué tout au long du 20ème siècle afin que le 21ème siècle ne soit pas celui des crises et catastrophes à répétition.