Arm_e_belge_d_fil__Bruxelles

La Libre Belgique

Article de Christian Laporte publié le 21 juillet 2011

Le programme des festivités, sans surprise(s), satisfera tous les publics. La Défense et l’Intérieur ont, en tout cas, mis les petits plats dans les grands.

Il n’y a pas d’avenir sans rappel du passé Aussi le défilé national du 21 juillet se caractérisera-t-il cette année encore par une grande dimension mémorielle, même si l’on en a définitivement exclu, sans trop de ménagements, les "anciens" de la Seconde Guerre mondiale depuis quelques années

Ce jeudi, on marquera ainsi pas moins de quatre anniversaires. Le plus ancien ? Le centenaire du musée de l’Armée, qui ne cesse de se moderniser tout en assurant ses missions pédagogiques et du souvenir ; mais l’on commémorera aussi les 65 ans de la Force aérienne, les 30 ans du centre des grands brûlés de Neder-Over-Heembeek et les 15 ans de la coopération navale entre la Belgique et les Pays-Bas.

Mais il va de soi que le défilé fera aussi une large part à l’actualité de l’armée. Comme l’a rappelé le ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD&V), à la conférence de presse de présentation, "la Belgique peut être fière de ses milliers d’hommes et de femmes qui œuvrent pour le maintien de la paix. Notre pays est redevenu un partenaire fiable sur le plan international. Cela sera mis en exergue dans le défilé comme lors de la fête au Parc à laquelle la Défense apporte aussi son concours". Et de préciser encore que "la crise libyenne a démontré d’une manière ir futable que nos forces armées sous leur nouvelle forme sont prêtes à être engagées dans une opération d’envergure internationale".

Le ministre a aussi rappelé au passage qu’il n’y avait pas d’alternative à son plan de redéploiement "pour affronter ses défis et assurer une pérennité à la Défense belge. La nouvelle Défense a nécessité l’exécution d’une profonde transformation et d’un recentrage de l’armée sur son core business".

Dans cet esprit, le défilé militaire, placé sous la direction du général-major Philippe Martin, ne sera pas marqué par de réelles innovations ni par la présentation de matériel nouveau et de choc.

Les amateurs de statistiques apprendront avec intérêt qu’il y aura 30 avions, 9 hélicoptères, 13 motos, 88 véhicules à roues et 1408 militaires.

Le défilé aura aussi un petit fumet de Benelux ! Si l’on notera la présence de militaires néerlandais, dans le cadre de la coopération entre les deux composantes marines, le Grand-Duché ne sera pas en reste, avec la Musique militaire du Luxembourg.

Quant au défilé civil, on mentionnera que les services d’incendie et de la Protection civile défileront avec des véhicules utilisés lors des grands incendies et des inondations qui ont touché le pays. Les pompiers profiteront de l’occasion pour rendre hommage à deux des leurs tombés en mission au cours de ces derniers mois.

Tout comme les divers services liés à la Défense organiseront des animations spécifiques - on recommandera pour les jeunes le Peacekeeper de l’Institut des vétérans, les services de l’Intérieur proposeront, eux aussi, moult animations souvent pédagogiques. Une certitude : avant, pendant et après le défilé, il y en aura pour tous les goûts à Bruxelles ce jeud.

Note YR : Madame Joly apprendra donc en lisant la presse belge que l'armée locale défile elle aussi : et aux dernières nouvelles la Belgique n'est pas encore un Etat totalitaire !