DSK_dessin_de_presse

Le Figaro

Article de Laurence de Charette publié le 29 août 2011

Sarcelles se prépare à fêter Dominique Strauss-Kahn. Dans cette ville intimement liée à la carrière politique de l'ancien président du FMI, ses proches réfléchissent aux modalités de festivités pour son retour. «Il faut une très grosse manifestation», explique Jean-Pierre Passe Contrin, responsable des sports à la mairie, qui évoque «un concert, une soirée», et promet pour sa part de mobiliser notamment la communauté antillaise. «Les Sarcellois ont été très émus par ce qui est arrivé», raconte Sammy Gozlan, responsable du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme. «Sur 100 familles de la communauté juive, 99 au moins ont allumé des bougies pour Dominique. Tout le monde l'attend avec impatience», renchérit l'un des membres de l'équipe municipale, proche des Strauss-Kahn depuis près de vingt-cinq ans.

Le 23 mai dernier, s'est créé à l'initiative de François Pupponi, député maire de Sarcelles, un comité de soutien qui revendique aujourd'hui plus de 3.500 signatures. Plus de 300 proches de l'ancien ministre PS, anciens collaborateurs, amis, responsables associatifs, avaient alors déclaré leur confiance dans la parole de ce «Dominique» que beaucoup côtoyaient depuis des années. Ce même comité prévoit d'organiser un événement en présence du couple Strauss-Kahn, confirme Patrick Haddad, conseiller municipal et membre du comité. Dans l'esprit de ses organisateurs, la célébration du retour de DSK devrait être l'occasion de tourner la page de l'ensemble des accusations pesant sur l'homme politique - des deux côtés de l'Atlantique. Aussi espèrent-ils également un classement prochain, par le parquet de Paris, de la plainte déposée par Tristane Banon pour tentative de viol. Dans l'attente, la date de la fête n'est donc pas définitivement arrêtée. «Elle aura lieu en septembre», explique cependant Patrick Haddad. En revanche, l'événement n'attendra pas la fin de l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Pontoise pour subornation de témoin après la plainte déposée par l'avocat français de Nafissatou Diallo, Thibault de Montbrial, et qui vise l'un des adjoints du maire de Sarcelles. Youri Mazou-Sacko devrait être entendu dans la semaine par les enquêteurs, qui ont déjà interrogé André M'Bissa. Ce dernier, père d'une jeune femme qui aurait eu une liaison houleuse avec DSK, accuse l'adjoint au maire d'avoir tenté d'acheter son silence.

«Il serait indéniablement élu»

Sur le terrain, les élus préviennent néanmoins: la fête sera «familiale». Pas question de parler politique. Les législatives du printemps 2012 constituent un sujet délicat que les uns et les autres abordent avec prudence. «Pour se reconstruire un avenir politique, DSK aura besoin d'en repasser par Sarcelles. Il voudra sans doute se présenter aux législatives», prédit Claude Ribbe, ancien candidat et lui-même fondateur d'un comité pro-Nafissatou-Diallo. «S'il se présentait, il serait indéniablement élu, mais je n'imagine pas un instant DSK demander sa place à François Pupponi ! C'est un destin national qu'il lui faut », rétorque un membre de l'équipe municipale. Malgré tout les manœuvres ont déjà commencé sur le terrain. Mohammed Fofana, militant PS de longue date qui fut brièvement sympathisant UMP, a déjà décidé de mener la guerre au député maire François Pupponi tout en se déclarant «frère» de DSK. Il ouvre son blog, qui se veut pro-DSK, dans quelques jours…