MaillyLe Figaro

Le secrétaire général de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly a affirmé  qu'il ne comptait pas rencontrer la candidate du Front national Marine Le Pen parce que "le national-socialisme" n'est pas sa "tasse de thé", tout en précisant qu'il ne comparaît pas le FN aux nazis.

Interrogé par la presse, à l'issue de sa rencontre avec François Hollande, pour savoir s'il allait rencontrer aussi Marine Le Pen, il a répondu: "Je ne pense pas. Attendez, moi le national-socialisme, ce n'est pas ma tasse de thé". Vous comparez le Front national aux nazis ? lui a-t-on demandé. Il a répondu: "Non ! (...) Ce n'est pas la même chose. Je considère qu'il y a un discours qui est national-socialiste au sens historique du terme, c'est à la fois des références à l'Etat mais aussi beaucoup de social, donc (...) je ne dis rien d'autre".

En 2007, "nous avions rencontré trois candidats, je crois qu'on en restera là aussi cette fois-ci", a-t-il ajouté, en rappelant que lors de la précédente campagne présidentielle il avait été reçu par Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et François Bayrou. "Je ne vais pas courir après cela. On verra. Si d'autres veulent nous voir, on verra bien", a ajouté Jean-Claude Mailly.