CRS_Clermont_Ferrand_08012012Wissam El-Yamni , l'homme interpellé  par la police dans la nuit de la Saint-Sylvestre à Clermont-Ferrand est décédé aujourd'hui. La nuit s'annonce donc très agitée dans les rues de la ville auvergnate. Depuis ce funeste 1er janvier plus d'une quarantaine de véhicules sont parties en fumée et les forces de l'ordre ont pu essuyer des jets de pierre et autres projectiles.

Alors que certains mettent en cause l'intervention policière le parquet clermontois a ouvert une information judiciaire pour "coups et blessures volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" visant deux des policiers ayant interpellé Wissam El-Yamni on pourrait se demander ce qu'a fait cet homme ?

Et bien monsieur El-Yamni qui était alcoolisé et drogué a lancé des projectiles sur la voiture de police appelé au téléphone par des voisins du lieu où se trouvaient l'homme et plusieurs de ses amis, brisant le pare-brise. Qu'aurait donc du faire les policiers ? Se replier illico-presto vers le commissariat ? S'excuser d'intervenir pour rétablir un ordre public dpont ils sont les garants ?

Appelés en renfort deux policiers de la brigade canine réussissent a arrêter l'homme. " L’interpellation a été musclée car l’homme était très excité " a tout de même expliqué le procureur. Wassan El-Yamni qui était comme l'on dit " connu des services de police" a fait un arrêt cardiaque et il était depuis dans le coma.

Au delà du drame humain, c'est encore une fois les forces de l'ordre qui se retrouvent mis en accusation alors qu'ils ont simplement agits en professionnels qui avaient à faire à un individu fortement excité. Il est plus qu'urgent que les autorités qui dirigent notre pays prennent conscience d'une vérité : les citoyens Français soutiennent les policiers et les gendarmes.

Et ça, il me semble que seule Marine Le Pen en ait concience.

Dominique Doudier