manipulationNPI

Communiqué de l’Union des Français juifs du 29/01/2012

Dans un communiqué publié ce dimanche 29 janvier 2012, SOS Racisme, secondé par l’Union des étudiants juifs de France, s’indigne de la présence de Marine Le Pen à « un « bal immonde pour nostalgiques du IIIe Reich », qui se serait tenu vendredi 27 janvier à Vienne.

Diable ! L’Union des Français juifs, qui appelle ouvertement à voter pour Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle, se devait de comprendre ce qui s’est effectivement passé à Vienne ce vendredi.

Renseignements pris, il s’avère que Marine Le Pen a effectivement été invitée à Vienne vendredi par Heinz-Christian Strache, le leader du parti populiste autrichien FPÖ.

Après avoir rencontrée le troisième président du Parlement autrichien, Martin Graf, elle s’est rendue le soir au WKR Ball (Wiener Korporations Ball), le bal annuel des fraternités étudiantes viennoises.

Ce bal a lieu chaque année dans un palais viennois, le Hofburg, où se situe également le siége de la présidence de la République autrichienne.

Voir dans ce bal un rassemblement néo-nazi est une insulte à tous les étudiants viennois. Que SOS Racisme et l’UEJF ignorent tout des fraternités, associations étudiantes qui existent aux Etats-Unis et dans certains pays européens, mais pas en France, ne leur donne pas le droit de les diffamer.

Ces associations sont pour la plupart apolitiques, leur fonctionnement est démocratique, et elles ne sont pas secrètes. Theodor Herzl, Heinrich Heine et même Karl Marx en ont fait partie.

La coïncidence de date avec le jour de souvenir de la Shoah est Évidemment fortuite, ce bal a lieu tous les ans le dernier vendredi de janvier. La date du 27 janvier a été fixée par l’ONU en 2005, elle ne correspond pas au jour de commémoration instituée en Israël (Yom Ha Shoah).

Instrumentaliser l’anniversaire de la libération d’Auschwitz à des fins de propagande en se réjouissant de cette coïncidence est ignoble.

Il se trouve que Kent Ekeroth (député suédois) et David Lazar (député autrichien FPÖ), tous deux d’origine juive, étaient eux aussi présents à ce bal. « Bal immonde pour nostalgiques du IIIe Reich », vraiment ?

Traiter Heinz-Christian Strache et Martin Graf de « représentants les plus durs et les plus violents de l’extrême droite européenne » relève Également de l’insulte. Il suffit d’écouter les discours de Strache pour comprendre qu’il n’y a nulle trace d’antisémitisme, Strache a été invité officiellement en Israël en décembre 2010. Martin Graf a publiquement dénoncé le national-socialisme et l’antisémitisme en général, et ce à plusieurs reprises.

Non, ce que l’on reproche à Strache et à Graf, c’est d’avoir purgé l’ex parti de Haider de ses éléments antisémites, d’en avoir fait un réel parti de gouvernement, et surtout d’être à 28 % d’intentions de vote dans les sondages : exactement ce que Marine Le Pen est en train de faire ici même.

Tant de mensonges dans si peu de lignes ! Cela est malheureusement devenu la marque de fabrique de nos charmantes et agréables associations soi-disant « antiracistes » et d’extrême-gauche.

Mieux vaudrait pour elles qu’elles fassent leur « coming-out », et qu’elles assument clairement leur mission de propagande et de terrorisme intellectuel, aux frais, bien entendu, du contribuable.

Pour le bureau de l’union des Français juifs

Jacques Rosen