zone_industrielle_illange_bertrangeFN Lorraine

Communiqué de Françoise Grolet, conseiller régional de Lorraine, membre du Bureau politique du Front National du 28/02/2012

Une annonce tonitruante pour la Moselle ce matin : la mégazone d’Illange-Bertrange transformée en centre d’affaires sino-européen… 3.000 emplois, 2.000 entreprises sur 230.000 m2, livraison dans deux ans ! Et ce sans débourser un centime d’argent public. Le Front National de Moselle a considéré cette annonce avec toute l’attention requise, étant donné l’importance des enjeux dans notre région économiquement et socialement sinistrée.

L’essence même du projet ressemble à une caricature de la mondialisation modèle réduit : si on enferme dans un bocal des entreprises chinoises et des entreprises françaises désireuses d’exporter, qui peut croire que les secondes ne seront pas mangées tout cru ?

Qualifié de « tête de pont pour les entreprises chinoises » (Républicain Lorrain du 28 février 2012) le projet porté par des capitaux chinois ressemble en effet à une machine de guerre, dans le contexte de libéralisme mondialisé où notre économie lutte à armes inégales avec des pays comme la Chine, pratiquant le dumping social, économique et environnemental.

L’unanimisme des élus mosellans pour applaudir ce projet n’a rien qui doive étonner : le vœu pieux de Bertrand Mertz (député PS de Thionville) que les 500 containers arrivant quotidiennement sur le site repartent aussi plein vers l’Asie se heurte à la dure réalité, à deux encablures du site d’Arcelor que Mittal n’en finit pas d’étrangler. Par cynisme ou lâcheté, les élus de l’UMPS applaudissent l’arrivée des investisseurs chinois et rejettent d’avance la responsabilité de la réussite du projet sur le dynamisme des entrepreneurs français.

Le Front National estime au contraire qu’il appartient aux responsables politiques de fournir aux entrepreneurs les conditions d’un échange économique à armes égales, par un protectionnisme raisonné et une monnaie compétitive. Seule la candidate du peuple Marine le Pen est en mesure de contrer la mondialisation qui consiste à faire fabriquer par des esclaves pour vendre à des chômeurs, pour le plus grand profit d’une caste mondialisée.