Yssingeaux_haute_loire

Le Figaro

Par Boris Marchal le 27/03/2012

La jeune fille, portée disparue depuis lundi, a été retrouvée sans vie près d'Yssingeaux.

Sa dépouille a été découverte dans une petite rivière. Mardi en fin de journée, près d'Yssingeaux (Haute-Loire), les gendarmes ont trouvé le corps sans vie d'une lycéenne disparue depuis lundi. Un suspect, placé en garde à vue, a avoué mardi lui avoir donné la mort.

C'est lundi matin que la disparition de l'élève avait été signalée par le lycée agricole d'Yssingeaux. Étudiante en deuxième année de BEP de soigneur-aide-animateur aux métiers du cheval, elle n'était pas venue en cours. Sa mère, habitant la région parisienne, avait tenté de la joindre par téléphone. En vain.

«Drame de la jeunesse»

Dès le signalement de sa disparition, de gros moyens d'investigation avaient été mis en œuvre pour retrouver la jeune fille. D'après le quotidien local La Montagne , mardi en fin d'après-midi, son corps a été découvert par les enquêteurs, dans un cours d'eau près des Eygats, à cinq minutes d'Yssingeaux.

L'homme placé en garde à vue est «relation masculine» de la victime. Ce quadragénaire a lui-même indiqué aux enquêteurs où se trouvait le corps. Plus tard dans la journée, il a avoué l'avoir tuée. «Il a passé la soirée de dimanche à lundi avec elle. Il a reconnu l'avoir ramenée à Yssingeaux, à son domicile à lui», puis l'avoir «agressée» et lui avoir «donné la mort» en la frappant à la tête, a déclaré le procureur.

Selon le magistrat, la jeune fille «a reçu un choc à la tête qui pourrait avoir été porté avec une bouteille», un scénario que devra confirmer l'autopsie prévue mercredi, de même qu'une éventuelle agression sexuelle qui «reste» envisagée.

Le suspect, qui avait «proposé à la jeune fille de la ramener» après une soirée passée avec des amis, «la connaissait apparemment depuis quelques jours», a poursuivi le procureur. Il est «plus ou moins forestier» et son casier judiciaire est vierge.

Bernard Gallot, le maire de la commune, s'est dit «profondément choqué» par la nouvelle. «C'est des vies gâchées. C'est un nouveau drame de la jeunesse», a confié l'élu. Et de lâcher: «Ce soir, c'est une chape de plomb sur toute une ville.»