BHL_clown

Bruno Gollnisch

Il en va des attaques contre le FN comme du dernier disque de Yannick Noah : on a beau s’attendre au pire, on ne peut s’empêcher à chaque fois d’être consterné par l’abyssale médiocrité de la petite musique que laisse entendre les nantis du Système. Quand il s’agit de défendre leurs intérêts boutiquiers, il est  vrai menacés par la Révolution patriotique défendue par l’opposition nationale, les Torquemada membres à des degrés divers la caste au pouvoir, font rarement dans la dentelle et utilisent le plus souvent leur cerveau reptilien que leur néocortex.

Marine le Pen qui n’est pas du genre à faire des cadeaux aux insulteurs de ses six millions et demi d’électeurs, a choisi à bon droit d’attaquer en justice l’avocate de Jean-Luc Mélenchon, Raquel Garrido, qui l’avait qualifiée de « délinquante ».

L’entourage de ce dernier a en effet assez vite compris que le tract distribué à Hénin-Beaumont, objet du litige, dans lequel était citée la déclaration du conducator du Front rouge en faveur de l’immigration de peuplement (voir notre article en date du 30 mai), recoupait assez peu les souhaits et les aspirations de nos compatriotes, quelles que soient d’ailleurs leurs options politiques

« Personnage grossier, haineux, revanchard et violent » comme l’a relevé Marine, Mélenchon a donc chargé Raquel Garrido, épouse de son conseiller en charge de la lutte anti FN, « l’humaniste » socialo-trotskyste Alexis Corbière, de poursuivre sa petite vendetta personnelle.

Nous le notions aussi sur ce blog, Raquel Garrido, ancienne du PS, de l’Unef-Id, de SOS racisme et de FO, illustre aussi toutes les « ambiguïtés » des antifascistes et autres  adversaires du grand capital en peau de lapin.

Cette pasionaria d’origine chilienne relevait ainsi l’Agence Bretagne Presse, dirige avec son mari « un label musical indépendant, Misty Productions, dont l’artiste phare est Mistysa », une « chanteuse de Soul / R n’ B connaît un certain succès au Chili d’où elle est originaire. »

Or, « les activités de Mistysa semblent s’accommoder d’une certaine collaboration avec le capitalisme le plus sauvage : le lancement au Chili de son dernier album Macumba aura eu lieu dans l’auditorium de la Fondation Telefonica, c’est-à-dire une émanation de Telefonica, la sixième compagnie mondiale en matière de téléphonie (première compagnie espagnole) vouée régulièrement aux gémonies par tous les syndicats du monde latino-américain pour ses méthodes fort peu sociales. »

Autre individu « fort peu social », l’incontournable Bernard-Henry Lévy a apporté son soutien à la cabbale mélenchonesque, ce qui lui vaut lui aussi d’être assigné en justice pour diffamation par la présidente du FN.

Mardi dans une tribune sur le site internet du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), BHL s’est déchaîné en réagissant  à l’agression samedi soir de trois jeunes juifs à Villeurbanne par une bande de « jeunes » au profil pourtant assez peu « national » selon les témoins…

« Est-ce un hasard, vraiment, si cette agression survient au lendemain d’une campagne où l’on a vu une candidate, Mme Le Pen, faire systématiquement huer, dans ses meetings, des noms à consonance juive ?» a écrit avec un culot aussi stupéfiant que mensonger,  le vice-ministre des affaires étrangères de M. Sarkozy lors de la ratonnade du clan Kadhafi et de leurs soutiens tribaux  par  l’Otan en Libye.

 On l’aura compris, BHL est en promo pour la sortie de son dernier film à sa gloire, consacré au récent conflit libyen, « Le serment de Tobrouk » sur lequel Jean-Claude Raspiengas sur le site de la Croix,  a tout dit avec la manière (http://www.la-croix.com/Culture-Loisirs/Culture/Cinema/Le-serment-de-Tobrouk-ou-le-narcissisme-sur-grand-ecran-_NG_-2012-06-05-814652) :

« BHL qui remodèle la carte de la future Libye sur les tables du Flore, son Q.G. de Saint-Germain-des-Prés. BHL qui fustige les diplomates verbeux qui, contrairement à lui, se perdent en palinodies au lieu d’agir. BHL qui retourne voir les acteurs majeurs (Sarkozy, Hillary Clinton) pour les entendre confirmer que sans BHL les puissances occidentales ne seraient pas intervenues (…) BHL ou le tout-à-l’égo. BHL ou le narcissisme sur grand écran. À ce niveau de complaisance, du jamais-vu ! », « Deux heures d’un exercice de glorification de BHL par lui-même. »

BHL aussi, qui avec un cynisme particulièrement malsain prend la communauté juive de France en otage, la voulant solidaire de ses tocs et de ses mauvaises croisades…Ce qui ne manque pas d’agacer particulièrement, et le mot est faible les électeurs frontistes de confession juive -certains d’entre eux ont notamment interpellé Bruno Gollnisch sur cette question-, et qui ne veulent en aucun cas être assimilés à l’auteur de « L’idéologie française » de sinistre mémoire.

Invité le 17 novembre dernier de la radio communautaire RCJ, BHL avait déclaré s’être engagé contre le colonel Kadhafi également en raison de son appartenance religieuse. Trois jours plus tard lors de la sa première convention nationale du Crif, intitulée « Demain les Juifs de France », Bernard-Henry précisait son propos : « C’est en tant que juif que j’ai participé à cette aventure politique (en Libye), que j’ai contribué à définir des fronts militants, que j’ai contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre pays une stratégie et des tactiques ». « Je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas été juif (…). J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël (…). »

« Ce que je vous dis là, je l’ai dit à Tripoli, à Bengazi, devant des foules arabes, je l’ai dit lors d’une allocution prononcée le 13 avril dernier sur la grand place de Bengazi devant 30.000 jeunes combattants représentatifs de toutes les tribus de Libye » fanfaronnait-il. Pourtant, allez savoir pourquoi, cette allocution là, dont la beauté cinématographique et la charge émotionnelle devaient être à couper le souffle, ne figure pas dans  « Le serment de Tobrouk ». Une omission (un sabotage ?) certainement car personne ne peut imaginer une seule seconde, à moins d’être agité par d’inavouables pulsions, que BHL ait exagéré ou menti.

Enfin, notons encore qu’au-delà de ses exploits de science-fiction, invité des « Grandes gueules » sur RMC, le philosophe pipo(le) en a rajouté une couche dans le plagiat des diatribes de Mélenchon : «Les électeurs FN sont obsédés par des chiffres généralement faux des immigrations, des flux, des machins… Ils savent ce qu’ils font. Et c’est pas du tout un vote de défiance, c’est un vote d’adhésion à des idées qui sont des idées dégueulasses, racistes, antisémites, haine de la France, parce que c’est quand même ça que respire Marine Le Pen : la haine de la France ! »

Ses outrances communes à MM. Lévy et Mélenchon  ont au moins un mérite, celles de montrer en pleine lumière la vieille collusion existant entre les dirigeants internationalistes d’extrême gauche et les représentants du mondialisme, contre le Mouvement national et les défenseurs des identités et souverainetés nationales.