D'après la collaboratrice de l'avocat de Brahim Barir, son client n'a aucun lien avec Sharia4Belgium.

La chambre du conseil de Bruxelles a décidé mercredi de prolonger d'un mois le mandat d'arrêt de Brahim Bahrir, l'islamiste français de 34 ans qui a poignardé vendredi dernier deux policiers à la station de métro Beekkant, à Molenbeek, a indiqué mercredi une collaboratrice de son avocat Jean-Paul Docquir. Ce dernier n'avait pas demandé la libération de son client, qui souhaite assumer la responsabilité de son acte. "Mon client est conscient de la gravité de ses actes et que les moyens utilisés n'étaient pas appropriés. En venant à Bruxelles, son objectif était d'attirer l'attention du gouvernement sur sa politique à l'égard des musulmans. Il n'est pas venu dans le but de blesser des policiers et s'inquiète de l'état de santé des deux représentants des forces de l'ordre qu'il a blessés", a indiqué l'avocate. "Il s'est rendu à Molenbeek par conviction religieuse, pour marquer sa solidarité avec les femmes victimes de violences policières lors d'une manifestation qui devait se tenir vendredi dernier."

L'avocate a également demandé à ce que son client ne soit pas diabolisé et que ses actes ne soient pas déformés mais remis dans leur contexte. Selon elle, Brahim Bahrir n'appartient à aucun groupe fondamentaliste et n'est pas un terroriste. "Il s'agit d'un acte isolé, d'un coup de folie", a-t-elle précisé. L'avocate n'a pas souhaité communiquer son nom à la presse.

lalibre.be le 13/06/2012