NegrescroBruno Gollnisch

Adjointe à la culture de la municipalité de Nice, l’UMP Muriel Marland-Militello avait ardemment « défendu »  le groupe de rap  Negrescro  il y a deux ans   rapporte Le Parisien, mais aujourd’hui elle « ne comprend plus » (sic)  la teneur du dernier clip de ses petits protégés. Le maire de la ville  Christian Estrosi  non plus qui, sous la pression des Identitaires (le représentant local Philippe Vardon a tenu la semaine dernière une conférence de presse a ce sujet), a déclaré être « indigné » par ce clip. « Ces individus piétinent les valeurs de la République. Je ne laisserais pas de tels actes, de tels comportements, dans ma ville » a-t-il déclaré. Le député également UMP Rudy Salles a bien été obligé de suivre le mouvement  et a dénoncé  un « vidéo-clip violent et provocateur ». Dans celui-ci on peut en effet apercevoir  dans le quartier « pluriel » de l’Ariane,  des « racailles » circuler sans casque sur des motos , brandir des armes, tirer des rafales avec un fusil d’assaut de type kalashnikov et déployer un immense drapeau algérien  sur le toit de l’église de leur quartier…tout un symbole. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Nice pour détention, usage et transport d’armes de quatrième catégorie.

Un clip d’un groupe de rap comme il en  existe tant dans nos banlieues peuplées de zombis déracinés, exemples vivants de l’échec de l’assimilation,   individus décérébrés  mélangeant sous-culture issue  des ghettos américains,  revendications islamistes ou affirmation identitaire du pays d’origine.

L’ évolution de cette  jeunesse là, incarnation visible des conséquences de l’immigration de peuplement,  qui vomit la France et à laquelle le Front National bien sûr,  n’identifie pas tous les immigrés,  est bien évidemment un des ressorts  du vote d’adhésion en faveur du Front National.  Dans Le Monde du 14 juin 2012, la politologue Virginie Martin et le sociologue Pierre Lénel  l’ont bien perçu. Ils  relèvent que le point commun entre les différentes catégories d’électeurs  qui accordent leurs suffrages à l’opposition nationale est un « trouble civilisationnel » généré par la dilution de l’identité Française.

« Ce trouble met en avant une lecture du monde qui révèle une hostilité au pluralisme culturel sur le plan intérieur et le refus du multiculturalisme sur le plan international ». «La nationalité » « constitue le premier marqueur » de ce trouble : «les Français d’origine immigrée ne sont pas vus comme  légitimes, leur nationalité serait usurpée. Cette illégitimité vient s’appuyer sur la question culturelle et bien souvent cultuelle (islam). C’est le deuxième élément : une relation négative s’instaure entre signes de métissage et identité française.  Nous  s’oppose à  eux, la différence trouve là son expression la plus criante : eux ont une autre histoire que celle qui  nous  constituerait de tout temps. »

«L’élément le plus prégnant est-il encore analysé,   est celui du sentiment d’un rapport de forces devenu défavorable entre les Français d’origine maghrébine et les Français  de souche  : l’idée d’un effet de nombre produit un sentiment de colonisation inversée ».

Dans un entretien accordé au quotidien britannique  Times vendredi, Jean-Marie Le Pen, sans crainte du politiquement correct, affirme  que les arabo-musulmans sont responsables de la plupart des crimes commis dans notre  pays. Il rappelle   surtout  la raison d’être essentielle  du Front National : le refus intransigeant de ladite « colonisation » qui s’appuie sur la faiblesse démographique du monde blanc européen, «  un handicap mortel ». Si cette tendance  se poursuit  affirme-t-il les Européens tomberont dans la dhimmitiude. «Le maître sera l’islam. Si les islamistes deviennent majoritaires en France, ce sera la charia»

Sur son blog,  l’historien Dominique Venner dans un article publié fin juin,  évoque les trois attributs (perdus) de la souveraineté Française :  « la capacité de faire la guerre et de conclure la paix » dont nous sommes privés du fait de notre inféodation à l’Otan et aux Etats-Unis ;  la capacité de battre  « monnaie » que nous avons abandonné à la technocratie mondialiste bruxelloise  et bien sûr « la maîtrise du territoire et de la population. »

Soit la capacité de «pouvoir distinguer entre les vrais nationaux et les autres… On connaît la réalité : c’est l’État français qui, par sa politique, ses lois, ses tribunaux, a organisé le  grand remplacement  des populations, nous imposant la préférence immigrée et islamique avec 8 millions d’Arabo-musulmans (en attendant les autres) porteurs d’une autre histoire, d’une autre civilisation et d’un autre avenir (la charia). »

 « L’État affirme encore très sévèrement M. Venner, a toujours été l’acteur acharné du déracinement des Français et de leur transformation en Hexagonaux interchangeables. Il a toujours été l’acteur des ruptures dans la tradition nationale. Voyez la fête du 14 juillet : elle célèbre une répugnante émeute et non un souvenir grandiose d’unité. Voyez le ridicule emblème de la République française : une Marianne de plâtre coiffée d’un bonnet révolutionnaire. Voyez les affreux logos qui ont été imposés pour remplacer les armoiries des régions traditionnelles.  Souvenez-vous qu’en 1962, l’État a utilisé toute sa force contre les Français d’Algérie abandonnés à leur malheur. »

De même, aujourd’hui, il n’est pas difficile de voir que l’État pratique la préférence immigrée (constructions de mosquées, légalisation de la viande hallal) au détriment des indigènes. »Reste que comme le constate Bruno Gollnisch,  cet Etat totalitaire, xénomaniaque, vendu au parti de l’étranger,   dressé contre  notre  peuple, son identité, ses traditions n’est pas celui que le FN entend restaurer. Il saura au contraire mettre fin au « trouble civilisationnel » qui est la conséquence directe du déclin français.

gollnisch.com le 10/07/2012