NofriLe blog de Gaël Nofri

Communiqué de Gaël Nofri, chargé de mission du Rassemblement Bleu Marine pour Nice et sa métropole du 03/10/2012

Enfin ! Nous y voilà ! Depuis le temps que Christian Estrosi et ses amis socialistes la voulaient, ils l’auront leur mosquée cathédrale à Nice…

A peine les élections législatives et l’épisode communication autour du traitement de la salle de prière de l’avenue Saint-Joseph passés, le maire et les siens se sont rués, ventre à terre, afin de s’en retourner aux petits travers de la politique communautariste et profondément antinationale qu’ils affectionnent tant. Il ne suffisait donc pas d’annoncer une grande salle de prières de 500 personnes à l’Est, venant compléter les 17 salles de prières du reste de la ville… Non, décidément Non ! Comme nous le dénoncions déjà il y a quelques semaines tout cela n’était qu’habillage et graduation.

La véritable question n’est pas celle du culte musulman, dont la pratique n’exige aucun lieu spécifique, mais bien celle d’un combat communautariste face à la société nationale, celle d’une affirmation culturelle, identitaire et étrangère. Comment comprendre, si ce n’est ainsi, l’annonce de cette mosquée cathédrale destinée à accueillir quelques 1.000 fidèles, avec restaurant, bibliothèque, espace culturel et école coranique ? Comment comprendre sinon le rôle d’un financier saoudien dans la construction de ce « multiplexe du monde islamique » en plein cœur de la Plaine du Var ? La Plaine du Var, ce site autrefois symbole de la tradition maraichère niçoise, ce site qui devait être la vitrine du devenir azuréen à travers l’Opération d’Intérêt national… Étrange destin contrarié que celui-ci, sans doute à l’image de ce qui attend les Niçois s’ils ne font pas preuve de clairvoyance quant à l’avenir !

Car ne nous racontons pas d’histoire, tout cela est politique; seule une décision politique peut le permettre, seule une décision politique peut l’empêcher.

Christian Estrosi se contente de nous dire qu’il sera « vigilant ». Mais comment croire que ce nouveau rôle de « Rantanplan » permettra au premier magistrat de la Ville de nous éviter cette fois ce qu’il n’est jamais parvenu à empêcher par le passé, ce qu’il a par ses discours et ses actes permis de légitimer ?

La seule question qui compte en l’espèce est quelle Nice voulons-nous pour demain ?

Une mosquée cathédrale ? Qui l’empêchera sinon nous ?