Dutheil de la RochèreFN

Communiqué de Bertrand Dutheil de La Rochère, conseiller République et Laïcité de Marine Le Pen du 04/10/2012

Jeudi 4 et vendredi 5 octobre, se tiennent les états-généraux dits de démocratie territoriale pour engager la phase 3 de la décentralisation. Depuis trente ans, les deux premières ont déjà provoqué gabegie et corruption. Le nombre de fonctionnaires locaux a augmenté de 3 à 4 % par an. Les impôts locaux ont explosé pour couvrir des dépenses somptuaires. Et puis, l’Italie et l’Espagne montrent combien pèsent sur l’endettement des États les folies des féodaux régionaux. Erreur au-delà des Pyrénées, mais erreur aussi en-deçà.

Cette troisième étape de la décentralisation a, de plus, pour objectif sournois de démanteler la République. Le président socialiste du Sénat l’a annoncé : « Il faut adapter la loi en fonction des territoires ». La loi ne sera donc plus la même sur tout le territoire de la République française. L’égalité sera rompue entre les citoyens français. Mais Bruxelles sera content. Une telle fragmentation laissera le pays ouvert, sans défense, à tous les vents mauvais de la mondialisation. Une démocratie forte et véritable ne s’exerce qu’au niveau de la nation souveraine.

Avec Marine Le Pen, le Rassemblement Bleu Marine veut un État stratège, expression d’une République une et indivisible. L’administration territoriale doit y reposer sur un dialogue ouvert entre des représentants nommés par le pouvoir central et des responsables élus à la proportionnelle dans le cadre des communes et des départements. Un tel dialogue évitera les conciliabules et les échanges de services entre notables locaux. En revanche, fondé par nature sur la transparence, il permettra aux citoyens de s’informer et de donner ainsi plus facilement leur avis.