GuillonSteeve Briois

Communiqué de Steeve Briois, Secrétaire général du Front National,Conseiller municipal d'Hénin-Beaumont du 05/10/2012

La sortie de Stéphane Guillon, insinuant clairement il y a quelques jours sur le plateau du Grand Journal que les héninois votaient pour des nazis, est caricaturale de ce qu’est devenu l’humoriste.

Au final, son passage dans l’émission était proche de la mise en abime puisque Guillon était parfaitement raccord avec le ton habituel du rendez-vous préféré des bobos.

En une simple et dérisoire phrase, il a réussi à démontrer tout son mépris de classe, son ignorance totale des réalités et le fait qu’il n’est finalement qu’un simple bouffon de cour : un laquais du système qui est le seul à encore avoir l’illusion qu’il est subversif.

On n’en voudra pas à Stéphane Guillon…

Né dans un cocon parisien avec ce que cela implique de réflexes petit-bourgeois, la seule fois qu’il a eu une conscience sociale, c’est quand il a été viré de France Inter, quelques mois avant de toucher 212 000 euros de dommage-intérêts…cinq fois plus que ce qu’ont obtenu les plus « chanceux » des anciens de Métaleurop.

Comment s’étonner ensuite qu’il ne comprenne rien ?