7413228114_148be55cf5_z

Bruno Gollnisch

Sans craindre l’oxymore, le quotidien gratuit Direct Matin évoque aujourd’hui « Le OUI franc de la gauche » au traité budgétaire qui a été voté mardi  par une Assemblée bien peu nationale. 477 députés ont voté pour, 70  contre –dont 20 élus du PS-, 21 se sont abstenus. Le PS a donc eu besoin des votes du groupe UMP pour la ratification d’un traité  négocié il est vrai par Nicolas Sarkozy…Celle-ci intervient alors que tous les pays de l’euroland  empruntent le chemin de   l’austérité budgétaire, c’est-à-dire d’une  récession  presque certaine, ce qui aggravera tous les problèmes de l’Europe bruxelloise.  

Avec ou sans visite de Mme Merkel,  comme  hier à Athènes, la Grèce sombre chaque jour davantage dans le chaos, au moment  ou  le taux des obligations  à 10 ans en Italie vient d’atteindre  6,29% ; un seuil ou le coût de refinancement de la dette existante va provoquer un défaut, même dans le cas où le budget primaire italien serait en excédent…

L’hypothèse d’une flambée des taux sur la dette italienne, conduisant à une panique bancaire gigantesque, déclenchée par les  craintes sur la solvabilité des  banques transalpines en cas de défaut et devant la peur que l’Italie ne finisse par quitter l’euro,  n’est plus seulement  de l’ordre du mauvais fantasme…

Autre domaine dans lequel le PS met ses pas dans ceux de la droite libérale,  le libre champ laissé au Qatar pour déverser sa propagande prosélyte dans nos banlieues sous couvert de bonnes intentions économiques  http://www.gollnisch.com/2012/09/25/le-qatar-en-banlieue-et-le-retour-aux-sources/.

En début de semaine, Laurent Fabius, invité lors de l’émission Tous politiques France Inter/AFP/Le Monde, a défendu les investissements qataris. « On a beaucoup parlé du Qatar, c’est vrai que son action est souvent spectaculaire» a expliqué le ministre des Affaires étrangères. «Mais dès lors que ces investissements sont positifs pour la balance française, pour l’emploi, je ne vois pas pourquoi on serait réticents ». « Le Qatar a fait le choix d’un partenariat profond avec la France, la France en est heureuse », a-t-il déclaré. « Ca ne veut pas dire du tout qu’il puisse y avoir une pesée sur notre politique étrangère », a-t-il ajouté.

Une  Pesée  peut être pas, mais identité de vue certainement comme on l’a constaté hier en Libye et comme on le voit  aujourd’hui en Syrie. Et M. Fabius n’ignore rien non plus du rôle nocif joué par le Qatar au Mali  qui arme et finance également  dans ce pays  les groupes terroristes djihadistes. Invité de RTL le 6 juillet,  Monsieur Sadou Dallio, maire de la ville malienne de  Gao,  lançait un pavé dans la mare, en expliquant que «le gouvernement français sait qui soutient les terroristes (au Mali). Il y a le Qatar par exemple qui envoie soi-disant des aides, des vivres tous les jours sur les aéroports de Gao, Tombouctou etc. ».

Cela n’est pas pour rassurer sur les intentions profondes de cette pétromonarchie et le FN rappelait le mois dernier qu’Yves Bonnet, ancien chef de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), avait accrédité   les soupçons formulés par Marine Le Pen  sur l’argent investi en France par le Qatar,  le financement de réseaux islamistes radicaux par ce pays…

A cette aune les professions de foi laïcardes et républicaines du PS en général et de Manuel Valls en particulier sont assez…stupéfiantes. Dans Le Bulletin André Noël il est rappelé très justement que les propos du ministre de l’Intérieur lors de l’inauguration de la Grande mosquée de Strasbourg –voir notre article en date du 1er octobre-  qui paraît-il, caracole dans les sondages comme le ministre le plus apprécié du gouvernement Ayrault, illustrent toute l’hypocrisie maligne du Système.

« La République sera intransigeante avec ceux qui  entendent la contester et je n’hésiterai pas à faire expulser ceux qui se réclament de l’islam et représentent une menace grave pour l’ordre public et qui, étrangers dans notre pays, ne respectent pas nos lois et nos valeurs. Je n’accepterai pas  les comportements des salafistes et autres groupes qui défient la République » a assuré M. Valls. Paroles verbales  que tout cela ! Que n’a-t-il expulsé les salafistes qui ont manifesté il y a quinze jours devant l’ambassade américaine ! »

« Alors qu’au son des trompettes Manuel Valls  déménage les Roms, il s’emploie discrètement à multiplier les  mosquées. Son idée profonde, afin d’y parvenir, » et «  il l’a répété  à Strasbourg », «  est bien de les faire financer par le contribuable. Ne déclarait-il pas, en  2003, à l’hebdomadaire  Marianne :  Il faut faire évoluer la loi de 1905 afin de permettre la construction des lieux de culte à travers un financement transparent, et par conséquent public ? ».

En fait, est il encore relevé,  ce nouveau « souffle à la laïcité » selon la formule employée par le ministre de l’Intérieur, « ce serait son abdication face à l’islam. Pour comprendre son attitude bienveillante et complice face à cette religion, on ne doit jamais oublier que Valls est franc-maçon, initié à la Loge la plus anticatholique, le Grand-Orient de France. »

« Pour ces maçons-là l’ennemie restera toujours la foi catholique et  les amis de mes ennemis étant mes amis, cela explique pourquoi il veut rehausser la mosquée pour lui faire un jour dépasser la cathédrale» affirme encore cet article.

En juin de l’année dernière, devant le Conseil régional de Rhône-Alpes, l’élu et Secrétaire départemental FN du Rhône,  Christophe Boudot,  rappelait d’ailleurs que  « la laïcité a été instaurée en France au début du siècle dernier sous la pression conjointe des mouvements anticléricaux et des réseaux maçonniques qui souhaitaient poursuivre ce qu’ils considéraient comme la grande œuvre civilisatrice de la terreur révolutionnaire et porter un coup fatal, à la civilisation catholique et à la pratique religieuse en France, en somme à la conscience et à la foi de 85 % des français de l’époque. »

« L’objectif avoué était bien sur, dans l’esprit des radicaux adorateurs de Robespierre, d’entamer, (plus exactement) de poursuivre la déchristianisation de notre société et l’éradication totale du sentiment religieux français, celui d’une certaine idée de la France, fille ainée de l’Eglise. Depuis, les choses ont pu trouver un certain équilibre. Equilibre précaire mais savamment dosé des relations entre la sphère religieuse et la sphère publique. »

Et le conseiller régional FN  s’adressant aux amis de M.Valls comme à ceux  de M. Copé,   posait alors la vraie question  : « pouviez vous regrettez cette France assimilatrice et garante de la laïcité républicaine alors que depuis 30 ans vous n’avez de cesse de la casser, en facilitant l’arrivée sur nos terres de millions d’étrangers africains et magrébins pour la plupart issus de peuples dont les mœurs, les coutumes et la religion sont incompatibles avec notre laïcité à la française. »

« L’anthropologue français Claude Levi Strauss déclarait au soir de sa vie que pour que les cultures persistent dans leurs richesses et leurs diversités il faut qu’il existe entre elles une certaine imperméabilité. Ainsi, vous faites vous les complices de dogmes encore plus puissants que celui que vous vouliez combattre, j’ai nommé : le mondialisme et le multiculturalisme destructeur des peuples. »

Idéologies mortifères affirme Bruno Gollnisch,  que nous voyons  à l’œuvre  des travées de l’Assemblée « nationale » aux commissions bruxelloises, des fourgons de l’Otan à ceux du Qatar,  et qui sont  bien le plus grand défi que doivent  relever les nations  européennes (mais pas seulement) , qui entendent défendre leur souveraineté et leur identité.