Senkaku

20 minutes.ch

Quatre navires chinois sont entrés dimanche dans les eaux territoriales d'îles administrées par le Japon mais revendiquées par la Chine, deux jours après la dernière intrusion de ce genre.

Ces navires de surveillance maritime ont pénétré dans la zone de 22 km entourant les îles Senkaku de mer de Chine orientale (appelées Diaoyu par Pékin), ont précisé les garde-côtes. Ces bâtiments ont été repérés près de l'île Uotsuri où plusieurs navires chinois s'étaient déjà aventurés vendredi.

Le vice-ministre des Affaires étrangères Chikao Kawai «a vivement protesté auprès de l'ambassadeur de Chine Cheng Yonghua au sujet de l'intrusion de navires chinois dans les eaux territoriales japonaises et la fréquence croissante de ces actes», a indiqué le ministère des Affaires étrangères. Ces intrusions «nuisent au climat entre les deux pays en vue d'apaiser la situation».

Tension latente

Le petit archipel a causé une sérieuse détérioration des relations entre Pékin et Tokyo depuis plus de deux mois. La tension est montée début septembre lorsque le gouvernement japonais a décidé d'acheter plusieurs de ces îles à leur propriétaire privé nippon.

Pékin avait immédiatement décidé d'envoyer six navires, tandis que démarrait une semaine de manifestations antijaponaises, parfois violentes, à travers la Chine, visiblement avec l'approbation tacite des autorités.

Ces manifestations ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes dans des dizaines de villes, dont Pékin, jusqu'à la mi- septembre, contraignant de grands groupes japonais, notamment automobiles, à provisoirement stopper leur production, totalement ou partiellement.

(ats)

20min.ch le 04/11/2012