Gollnisch_1

Bruno Gollnisch

« Si les nations glorifient la mémoire de ceux qui sont morts sur les champs de bataille relevait Jacques Benoist-Méchin, ce n’est pas par romantisme : c’est par un instinct plus profond que l’on pourrait appeler la reconnaissance historique ». La France commémorait hier l’armistice du 11 novembre, la fin de la Première guerre mondiale, atroce guerre civile européenne dont nos nations ne se  sont jamais vraiment relevées. Une  terrible boucherie  conclue par un traité, des traités iniques qui portaient en germe  d’autres orages d’acier, comme l’avait analysé le grand historien Jacques Bainville qui en avait prévu les conséquences funestes qui éclatèrent 20 ans plus tard.

Le respect dû aux morts, à tous les morts est un sentiment que l’on retrouve dans  toutes les sociétés humaines, dans  toutes les cultures, les  civilisations. Un principe que les pulsions sauvages et haineuses  de certains groupes remettent  en cause.

On l’a vu avec les tombes françaises, civiles et militaires,  saccagées  en Algérie après l’indépendance ; plus près de nous avec  les destructions de  par le monde de mausolées, de  tombeaux d’autres religions ou considérés comme non islamiquement correct  par les fous d’Allah,  encore dernièrement au Mali.

Sous nos latitudes, nous  trouvons aussi des décérébrés pour profaner des cimetières, toutes confessions confondues, un phénomène par son ampleur  encore rarissime  il y a vingt ans.

Un crachat à la face des morts et de leurs proches qui peut prendre des formes différentes comme nous l’avons vu  vendredi sur ce blog avec la phrase de Benjamin Biolay qui, au détour d’une de ses chansons, ironise sur le décès de Jean-Pierre Stirbois à l’âge de 43 ans, le 5 novembre 1988, dans un accident de voiture à Pontchartrain (Yvelines),  au retour d’une réunion publique à Dreux.

L’arbre percuté par la voiture du dirigeant frontiste, qu’évoque M. Biolay,  fut qualifié à l’époque de  « providentiel » par Jean-François Kahn, à  chacun son style de poésie

Imprimeur, Jean-Pierre  rejoignit  le FN en 1977 avec son épouse Marie-France qu’il avait rencontré dans  les comités Tixier-Vignancour,  candidat à l’élection présidentielle de 1965.

Elu au Parlement européen en 1984, à l’Assemblée nationale en 1986, la mort de J-P Stirbois, alors Secrétaire général du FN (depuis 1981) intervint à l’issue d’une campagne épuisante pour la défense de la France d’outre-mer, et plus particulièrement de la Nouvelle-Calédonie.

Devant la polémique, M. Biolay a tenté de faire machine arrière. Il a déclaré notamment : « Je dis juste qu’il s’est pris un arbre, je ne juge pas. Certes, je suis un militant socialiste, j’ai soutenu François Hollande, mais je ne suis pas un militant anti-FN (…)Si j’avais voulu écrire une chanson anti-FN, j’aurais fait autre chose »

Des explications qui n’ont pas convaincu Bruno Gollnisch qui entretenait de forts liens d’amitié avec  Jean-Pierre Stirbois et son épouse Marie-France qu’il avait connu  dans les années 67-68  à  l’Université de Nanterre

« Si je croisais Benjamin Biolay, je le giflerais » . « J’aimerais bien le provoquer en duel », a ainsi déclaré vendredi, le député européen FN  sur le Lab d’Europe 1.

Un courroux qui n’a pas quitté  Bruno Gollnisch  hier  lorsqu’il a découvert  la lâcheté des nervis  d’extrême gauche qui se sont attaqués par surprise, en surnombre comme à leur habitude, dimanche matin à Saint-Etienne (Loire), à des militants frontistes bien évidemment désarmés.

Bruno  était  d’ailleurs dans ce département quelques heures plus tard, à l’invitation du Front National de La Jeunesse (FNJ) , pour une intervention devant une soixantaine de jeunes  dans le cadre d’une session de formation doctrinale.

Les jeunes patriotes  s’apprêtaient  à se rendre à la cérémonie de commémoration de l’armistice,  lorsqu’ils ont été assaillis dans le dos, a proximité de leur permanence,  par une horde rouge. Cinq membres de celle-ci ont été ensuite interpellés par les forces de l’ordre et ont été placés en garde à vue pour « violences aggravées en réunion ».

Les militants d’extrême gauche  ont expliqué qu’ils entendaient interdire la présence de membres du FN à la cérémonie du 11 novembre,  au cours de laquelle les mêmes  petites frappes  se sont livrées à des « provocations », a-t-on indiqué de source policière.  Le FN n’a bien sûr pas renoncé à  sa présence à cet hommage aux morts pour la France.

« Comment faire pour s’exprimer et même circuler librement dans ce pays? », s’est interrogée la Secrétaire départementale du FN, Sophie Robert, questionnée  par l’AFP.

Une question d’actualité, comme l’est aussi le comportement de  certains journalistes qui confondent leur mission d’information avec une  propagande anti-nationale des plus grossières.

Le dénommé  Philippe Le Claire (sic), qui sévit dans le journal  L’Union-L’Ardennais s’est livré hier sur le blog de celui-ci a un compte-rendu particulièrement grotesque et diffamatoire de la présence  de Bruno Gollnisch  jeudi dernier dans la Marne, à l’invitation du secrétaire départemental du FN 51, Pascal Erre.

Après avoir  affirmé que le discours tenu par le député européen frontiste sur les ravages de l’euromondialisme « irait comme un gant à Mélenchon, Montebourg, le NPA et même Lutte ouvrière » –un jugement  simpliste qui dénote  déjà de sévères lacunes politiques- M. Le Claire  a été encore  beaucoup plus loin dans sa dénonciation de l’opposition nationale.

Il a  ainsi entrepris  de démontrer que les partis membres de l‘Alliance européenne des mouvements nationaux (AEMN) que préside Bruno Gollnisch (notamment Jobbik, Svoboda…) ne sont qu’un ramassis de fanatiques pro-nazis et autres fascistes antisémites et racistes.

Une prose infamante que  Bruno Gollnisch n’entend  pas laisser passer sans réagir…

gollnisch.com le 12/11/2012