FN-40 ans

NPI

Compte-rendu de François Vial du 10/12/2012

40 ans : l’âge de la maturité dans la vie d’un homme, comme dans celle d’un parti politique… Ce samedi 8 décembre à la salle de la Mutualité (Paris Ve), le Front National fêtait ses 40 ans d’existence. Cadres, élus, militants, adhérents : près de 1.000 personnes étaient venues participer à une célébration certes placée sous le signe du souvenir, mais aussi et surtout sous celui de l’avenir.

A tout seigneur, tout honneur, le président-fondateur – aujourd’hui président d’honneur – du FN a ouvert la soirée. Dans une allocution courte mais empreinte d’émotion, Jean-Marie Le Pen a retracé les grandes heures de l’histoire frontiste – des débuts aux côtés de Georges Bidault, successeur de Jean Moulin à la tête du Conseil national de la résistance – à la récente élection présidentielle.

Devant une assistance recueillie, ont été égrenés un à un les noms des ardents militants de la cause patriote décédés au fil des ans, parfois de mort violente en raison de leur engagement politique. A juste titre fier de la place conquise par le FN dans l’esprit des Français, le Menhir a résolument tourné son regard et celui des participants vers un futur qui verra grandir l’influence des idées qu’il a toujours âprement défendues. Avant de terminer sur un rappel présent au cœur de chaque responsable et militant frontiste : « Nous sommes au service d’une cause qui nous dépasse, celle de notre patrie et de notre peuple ».

Plus tard dans la soirée, Marine Le Pen prit à son tour la parole, dans un bel hommage à un homme qui fut son président et restera toujours son père : « C’est lui qui est le premier monté au front. C’est à lui que nous devons tout ». Passant à la situation difficile de notre pays, la présidente du Front National a martelé quelques messages exhortant les siens – les patriotes – et les Français à poursuivre l’œuvre de salut engagée par Jean-Marie Le Pen :

« Après 40 ans, le temps n’est pas venu de se reposer. Il est venu de gagner ! ». Conquérir le pouvoir local, régional, législatif ou national afin d’appliquer des idées partagées par un nombre croissant de nos compatriotes, tel est bien le but du mouvement qu’elle dirige aujourd’hui. Dans cette optique, un mot d’ordre s’impose : « Les Français vont chercher un roc (…), ils vont nous trouver ! ».

Que Marine Le Pen soit entendue !