Briois Steeve

FN

Editorial de Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National dans la Lettre du Front le 28/11/2012

Ce dernier édito est forcément pour nous l’occasion de dresser un bilan de l’année 2012.

Cette année aura été la confirmation du renouveau du Front National, initié dès l’accession de Marine Le Pen à la présidence de notre mouvement en Janvier 2011.

Entre une présidentielle qui a vu Marine réaliser un résultat jamais atteint par notre formation dans ce scrutin et une campagne législative qui marque la continuité de l’implantation locale des cadres frontistes, le moins que l’on puisse dire est que cette année aura été celle de la confirmation de notre volonté de faire du Front National un grand parti de rassemblement du peuple français : structuré, efficace, et prêt à partir au combat à tout moment.

L’année 2012 n’aura malheureusement connu aucun changement politique réel et salutaire : un vague jeu de chaises musicales entre l’UMP et le PS, les hommes tournent, s’interchangent mais les dogmes auxquels ils obéissent sont les mêmes.

Immigration, insécurité, repentance extrême, catastrophes économiques et sociales : c’est le bilan de 2012, dont les faits les plus anxiogènes sont de la responsabilité directe de l’UMPS.

Une affaire Merah symptomatique de l’angélisme, de la naïveté et des méthodes de la caste dirigeante, un Président qui accable 60 ans après la France et les Français pour leur présence en Algérie, l’abandon par Montebourg de nos industries, et notamment Florange, livrées à la lâcheté du gouvernement et aux reniements des promesses de campagne du Président Hollande, explosion monumentale des chiffres du chômage…Incapables d’assumer ce fiasco, les socialistes et l’UMP auront donc tenter l’enfumage sociétal pour faire diversion.

Nos compatriotes auront à ce propos pu constater par eux-mêmes que nous étions la seule opposition viable à ce système. L’UMP, par une guerre des chefs aussi indigne que grotesque qui a occupé tout l’espace médiatique pendant des semaines, s’est totalement discréditée, sans surprise.

C’est la raison pour laquelle nous ne lâcherons rien, en préparant dès aujourd’hui les échéances à venir. Les campagnes municipales seront l’occasion de renvoyer le PS et l’UMP dos à dos et de faire valoir nos différences essentielles.

Dès aujourd’hui, j’incite le plus grand nombre possible d’entre vous à se faire connaître auprès des cadres frontistes de leur fédération, et à les aider à constituer un maximum de listes municipales, afin de faire entrer en masse des élus frontistes dans les conseils municipaux !

Pour l’heure, je souhaite évidemment à chacun une excellente fin d’année 2012, et une année 2013 heureuse et prospère !