Mes enfants ne sont pas encore en âge de sortir seuls le 31 décembre prochain, cependant , il n'est pas exclu de penser aux autres et notamment à l'ensemble des jeunes adolescents et adultes qui souhaitent profiter de cette soirée du Nouvel an.

Aujourd'hui la Sécurité Routière a lancée sa campagne destinée à la prévention des fléaux qui accompagnent généralement ce jour clé de l'année. Alcool, vitesse, fatigue, téléphone portable auquel il faut, hélas, ajouter la consommation de plus en plus fréquente et importante de stupéfiants.

Il faut rappeler que l'alcool est la première des causes de mortalité sur la route et c'est -de loin- la cause principale de décès des 18/24 ans.

Les forces de sécurité seront présents sur le terrain : policiers, gendarmes, pompiers, médecins, infirmiers... mais autant les laisser réveillonner.

Il est important que le réveillon du nouvel an reste une fête et non un drame. Aux jeunes - et moins jeunes- d'en être conscients !

Guillaume Schirer

Voici quelques conseils pris sur le site de la Prévention routière :

  • Le risque d’accident mortel augmente en fonction du taux d’alcool. Il est multiplié par :

- 2 si vous êtes à 0,5 g/l.
- 10 si vous êtes à 0,8 g/l.
- 35 (oui, 35 !) si vous êtes à 1,2 g/l.

    • 14 fois plus de risques d’être responsable d’un accident mortel si vous avez mélangé alcool et cannabis par rapport à un conducteur négatif aux deux substances.
    • En moyenne, 0,2 g/l = 1 verre de vin (10 à 12°) = 1 verre de bière (25 cl à 5°) = 1 verre de whisky ou d’apéritif anisé (4 cl à 40°).

  • 1 à 2 heures : c’est le temps qu’il faut pour éliminer un verre d’alcool. Et contrairement à ce que l’on peut entendre, il n’existe aucun moyen d’accélérer ce processus.
  • 1,5 g/l à minuit = toujours 0,6 g/l à 9 h le lendemain