Belfast

Reuters

Le 12/01/2013

Plusieurs centaines de jeunes unionistes ont bloqué les rues de Belfast vendredi soir et mis le feu à un autobus, nouvelle manifestation contre la décision des autorités de ne plus faire flotter en permanence le drapeau britannique sur l'hôtel de ville.

La décision prise fin 2012 de faire flotter le drapeau que dix-sept jours par an, à l'occasion de festivités particulières comme l'anniversaire de la reine, a déclenché les violences les plus graves depuis l'"accord du vendredi saint", conclu en 1998 entre les nationalistes catholiques et les protestants fidèles à la Couronne britannique. Depuis un siècle, l'Union Jack était hissé chaque jour sur le "City Hall.

La classe politique, unionistes comme nationalistes, a été unanime à condamner les violences, mais elle n'a pas été capable jusqu'ici d'empêcher les affrontements qui ont lieu presque chaque soir entre la police et des groupes de jeunes hommes drapés dans le drapeau britannique.

Selon la police, huit artères ont été bouchées par les manifestants. Plus de 100 personnes se sont rassemblées à Rathcoole dans le nord de Belfast et ont mis le feu à un bus, selon un journaliste de Reuters.

Les images diffusées par la télévision montre des dizaines de manifestants en deux autres endroits de la ville et au moins 200 jeunes rassemblés dans la localité voisine de Glengormley.