Islam au QuébecL'auteur ou les auteurs de cet article n'est en rien membre du FN ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique et il ne partage pas forcément les idées défendues ici

Point de bascule

Le 04/01/2013

Les extrémistes islamistes radicalisent les Canadiens «dans un grand nombre d’endroits» souligne un rapport secret du Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS) dévoilé au National Post en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Alors que les mosquées contrôlées par des imams radicaux sont souvent pointées du doigt pour expliquer la dissémination de l’idéologie islamiste violente, l’étude rapporte que la radicalisation a lieu dans un nombre d’endroits beaucoup plus important.

«La radicalisation n’a pas seulement lieu dans les centres religieux», déclare le rapport du SCRS intitulé Les endroits où se déroulent la radicalisation islamiste sunnite au Canada (Venues of Sunni Islamist Radicalization in Canada).

Le rapport lourdement censuré mentionne le rôle des prisons, d’internet et des voyages à l’étranger pour expliquer la transformation de Canadiens en extrémistes qui mènent ou qui appuient le recours à la violence. Le rapport s’attarde également à la radicalisation en milieu familial.

«Les parents ont radicalisé les enfants», déclare le rapport, «les maris ont radicalisé leurs épouses (et certaines épouses ont radicalisé ou appuyé leur mari) (…) et les enfants se sont radicalisés entre eux».

«Comme cette évaluation l’a démontré, un grand nombre d’endroits ont été et continuent d’être utilisé pour propager l’idéologie islamiste extrémiste. (…) Comme la radicalisation est habituellement un processus social, elle peut survenir partout où les êtres humains interagissent, dans le monde réel ou dans le monde virtuel», peut-on lire.

Depuis l’attaque d’al-Qaïda le 11 septembre 2001, un nombre croissant de Canadiens ont été attirés par l’extrémisme islamiste qui présente une perspective intolérante, anti-démocratique et virulemment antioccidentale et qui prône la violence contre les non-musulmans comme un devoir religieux et un moyen d’accéder au paradis.

Plusieurs extrémistes canadiens ont voyagé à l’étranger dans des pays tels le Pakistan et la Somalie avec l’intention de s’engager dans ce qu’ils appellent le jihad alors que d’autres ont planifié des attaques qui devaient causer de nombreuses victimes au Canada mais qui ont échoué.

Original English version on the National Post website (Archived on JihadWatch)

Traduction française de Point de Bascule